croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Vers un congé maternité unique

La secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, annonce la mise en place, avant l'été, d'un congé maternité harmonisé pour les femmes, quel que soit leur statut professionnel.

"L'idée est de faire en sorte que toutes les femmes, quels que soient leur statut et leur activité professionnelle, puissent avoir un vrai congé maternité, bien rémunéré, aligné sur le régime le plus avantageux quand elles sont multicasquettes", a déclaré Marlène Schiappa, dans l'émission "La Maison des maternelles" sur France 5, indique Le Figaro.

"Les femmes qui sont par exemple pigistes, auto-entrepreneuses, intermittentes du spectacle ou exerçant une profession libérale (avocates, médecins…) ont des congés maternité épars, moins bien rémunérés et surtout plus courts", explique la secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes-hommes.

Quel sera la durée de ce congé, pour quelle rémunération ? Sur quel statut s'aligner ?, interroge Le Figaro. "C'est un des objets des discussions entre les partenaires sociaux et le gouvernement", répond Mathieu Pontécaille, chargé de communication au cabinet de Marlène Schiappa. Les consultations devraient débuter avec les autres ministères, les partenaires sociaux et l'assurance maladie. La secrétaire d'Etat n'a pas, pour l'heure, présenté le mode de financement de cette mesure.

Certaines associations féministes restent perplexes, constate Libération. Pour Suzy Rojtman, porte-parole du Collectif national pour les droits des femmes, cette mesure, "c'est le strict minimum". La militante regrette le manque de précisions : "Qu'en est-il du maintien intégral du salaire ? De l'obligation d'aménager le temps de travail de l'employée enceinte ? De l'allongement de leur protection contre les licenciements abusifs ?"

Au contraire, l'association Osez le féminisme affiche sa satisfaction : "On est plutôt favorable à cette mesure, c'est un vrai droit universel, confie sa porte-parole Raphaëlle Rémy-Leleu. Après, cette mesure ne doit pas tout niveler vers le bas."

Et les pères dans tout ça ?, interroge Le Parisien, qui rapporte qu'une pétition réclamant l'allongement du congé paternité à quatre semaines (contre 11 jours actuellement) a recueilli plus de 29.000 signatures. En 2012, 450.000 hommes ont demandé un congé paternité, soit 68% des pères, selon l'enquête Modes de garde et d'accueil des jeunes enfants de la direction de la direction de la Recherche, des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques (Drees).

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)