croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Thierry Beaudet : les conditions d’un modèle mutualiste performant

Les Echos publient ce vendredi 30 septembre 2016 la première interview de Thierry Beaudet depuis son élection à la présidence de la Mutualité Française, le 23 juin 2016.

Dans un long entretien aux Echos, qui paraît le second et dernier jour des Journées de rentrée du mouvement mutualiste, qui se tiennent à Lille, Thierry Beaudet revient sur les grands défis qui attendent les mutuelles.

Fragilisées par "un quinquennat d'inflation fiscale, avec une augmentation continue des taxes, puis un quinquennat d'inflation réglementaire (généralisation des contrats collectifs ou Ani, contrats seniors, etc.)", comment ces dernières peuvent-elles résister et se développer ?

La question est d'autant plus prégnante que les mutuelles trouvent sur leur chemin "des acteurs plus diversifiés qui, dans une logique de conquête de parts de marché en assurance-santé, peuvent être plus agressifs sur les prix", souligne le président de la FNMF.

Or, rappelle-t-il, "la spécificité des mutuelles, c'est qu'elles sont des organismes à but non lucratif, spécialistes de la santé. Elles tarifient leurs contrats au plus près du coût du risque". Elles subissent ainsi "un mouvement de concurrence de plus en plus forte via la multiplication de paniers de soins dont le critère prédominant est celui du prix le plus bas".

"C'est une mécanique infernale !", alerte Thierry Beaudet, qui dénonce également, dans les colonnes des Echos, les dangers des multiples segmentations engagées par les pouvoirs publics depuis l'accord national interprofessionnel (Ani) de janvier 2013 : la complémentaire santé des salariés, d'abord, et, aujourd'hui, la préparation du label pour les contrats santé des plus de 65 ans.

Pour lui, cette réforme est "complètement inadaptée aux attentes des seniors" et "ne répond pas à un véritable enjeu, celui des besoins de soins qui croissent avec l'âge en même temps que les sources de revenus baissent". "

De manière générale, "tous les dispositifs qui segmentent les populations favorisent les acteurs qui sélectionnent le risque, plutôt que ceux qui veulent organiser des solidarités plus larges entre générations", dénonce Thierry Beaudet, qui voit aussi dans ce label senior un projet dangereux pour les mutuelles : "Les hypothèses envisagées aboutissent à un tarif 30% inférieur au coût du risque. Ce n'est pas tenable, c'est même mortifère !"

"Etes-vous inquiet pour la solidité du monde mutualiste ?", interrogent Les Echos. Il est vrai que la tendance à la détérioration des résultats techniques des mutuelles est préoccupante. Ces dernières disposent néanmoins d'une forte capacité de résilience. Par exemple, "en faisant des gains d'efficience et en ayant un pilotage technique performant", assure le président de la Mutualité.

"Il leur faut trouver le bon équilibre entre l'exigence de développement et l'exigence de rentabilité. Nos membres doivent avoir le pouvoir de vraiment tarifer au prix technique. C'est pour cela que je m'oppose à tous les dispositifs qui nient les coûts techniques".

Autre credo de Thierry Beaudet : la force de la proximité. Même dans un secteur en forte concentration, "les mutuelles locales, les mutuelles petites et moyennes peuvent être pertinentes et performantes", ce qui "n'empêche pas de rechercher des synergies avec d'autres".

Enfin, pour assurer leur pérennité et leur développement, les mutuelles "doivent se diversifier, en particulier sur la prévoyance".

"Beaucoup de besoins sont insuffisamment couverts", estime Thierry Beaudet. "Les mutuelles pourraient ainsi agir davantage sur les problématiques d'accès au logement. Elles doivent aussi répondre au défi du vieillissement de la population. La société n'a pas pris la pleine mesure des enjeux qui sont liés à la perte d'autonomie. Il y a dans ce domaine un modèle économique à développer autour des services. Nous sommes clairement attendus sur ce terrain-là, au-delà de l'assurance. Je ne veux surtout pas que le monde mutualiste se laisse enfermer dans le seul champ de la santé".

A lire aussi dans la presse

Sabine Dreyfus

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)