croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Santé : quelles pistes d’économies ?

A l'heure où le gouvernement cherche 50 milliards d'euros d'économies, tous les regards se tournent vers l'assurance maladie, souligne la "une" du Monde, sous le titre : "Santé, fonctionnaires : le gouvernement prépare des économies drastiques." A titre indicatif, relève le quotidien (page 6), le déficit de la branche maladie dépassera 6 milliards d'euros cette année, 14 milliards en en 2020, 29 milliards en 2030 et 41 en 2040, si rien n'est fait jusque-là,

La ministre de la Santé a assuré, il y a quelques jours, qu'il n'y aurait "pas de déremboursements, pas de franchise, pas de charges nouvelles pour les patients", affirmant qu'une politique "structurante" du système de santé permettrait de réduire les dépenses. "Depuis 2013, la Cour des comptes in­siste sur le fait que les économies à réaliser se situent pour beaucoup à l'hôpital, que la gauche préserve depuis son retour au pouvoir", écrit Le Monde.

La Cour prône le développement de la chirurgie ambulatoire conjugué avec la fermeture de lits dans le parc chirurgical, lequel serait "fortement sous-utilisé, avec un taux d'occupation de 67%". Une mesure d'économie qu'ils chiffrent à 5 milliards d'euros. La Fédération hospitalière de France (FHF) n'est pas de cet avis, et estime qu'elle ne rapporterait pas plus de 570 millions d'euros d'économies. Les transports sanitaires pourraient constituer une autre source d'économies, évaluée à 400 millions d'euros par la Cour des comptes.

Enfin, si certains préconisent la fermeture de petites structures hospitalières, cette mesure, note Le Monde, est particulièrement sensible car "l'hôpital est dans certaines zones le plus gros fournisseur d'emplois".

L'assurance maladie ne manque pas non plus d'idées pour réaliser des économies. Comme l'instauration d'une autorisation préalable pour les soins infirmiers destinés aux patients insulino-dépendants. Aujourd'hui, 60 000 pa­tients bénéficient du passage d'un infirmier quatre fois par jour, sans que leur capacité à s'auto-administrer l'insuline soit vérifiée. "En Ile-de-France, il n'y a pas beaucoup d'infirmières libérales, on y a donc beaucoup plus de patients autonomes qu'en Paca", constate, dans Le Monde, un responsable de la Cnam.

Par ailleurs, l'assurance maladie envisagerait de réduire de 10% le nombre de pharmacies, en insistant sur l'Ile-de-France, région surdotée, et en protégeant celles des zones rurales. Cela suffira-t-il ? "Le système de santé français n'est pas équipé pour faire des économies massives à court terme", estime, dans Le Monde, le député PS Christian Paul (PS), rapporteur du budget de la Sécurité sociale, qui est favorable à une refonte en profondeur. "Il faudrait décréter l'état d'urgence en se donnant des délais courts et des circuits de décision qui impliquent le Parlement", propose-t-il en soulignant que certaines mesures d'économies votées dans le PLFSS 2013 ne sont toujours appliquées, faute d'accord entre l'assurance maladie et les professionnels de santé…

 

Le projet de loi Hamon facilite la vente de lunettes en ligne

Le Parlement a définitivement adopté hier le projet de loi sur la consommation, qui libéralise notamment la vente de lunettes et de lentilles sur Internet, rapporte Le Figaro-économie (page 20). "Cela permettrait de rendre aux Français un milliard d'euros de pouvoir d'achat", considère le ministre délégué à la Consommation. Les ophtalmologistes ont désormais l'obligation de faire figurer sur chaque ordonnance l'écart entre les pupilles, une donnée indispensable pour acheter en sécurité sur Internet, soulignent Les Echos (page 4). Benoit Hamon souhaite également libéraliser le marché "des prothèses dentaires trop chères et des prothèses auditives".

La loi permettra également aux associations de consommateurs d'intenter des actions de groupe dès l'automne 2014. Pour l'instant, seuls les domaines de la santé et de l'environnement sont exclus de ce champ, note Le Figaro-économie. "La santé sera la prochaine étape", précise le ministre délégué à la Consommation.

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)