croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Santé : les efforts des complémentaires pour limiter leurs tarifs

La hausse tendancielle des dépenses de santé et les nouvelles mesures du budget de la Sécurité sociale pour 2018 risquent de provoquer une hausse mécanique des tarifs des complémentaires santé. Pour les contenir, celles-ci multiplient les efforts en actionnant plusieurs leviers.

L'augmentation tendancielle des dépenses de santé, ainsi que certaines mesures du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2018, risquent d'avoir un impact sur les cotisations des complémentaires santé, préviennent Les Echos. En particulier, la hausse de 2 euros du forfait hospitalier, ou celle du forfait patientèle du médecin traitant augmentent les charges des complémentaires santé.

"L'impact du forfait hospitalier est d'environ 0,6 point avec un impact plus ou moins fort selon les marchés. La participation des complémentaires santé au forfait patientèle du médecin traitant représente également une charge supplémentaire de 0,4 point", détaille Yannick Maréchal, directeur marketing et distribution d'Harmonie Mutuelle, dans les colonnes du quotidien économique. Tout en précisant que sa mutuelle s'est efforcée, malgré le contexte, de contenir les cotisations pour les contrats individuels, "et particulièrement les plus de 55 ans". Une politique également pratiquée par la Mutuelle générale et Eovi MCD mutuelle, soulignent Les Echos.

L'équilibre est de plus en plus difficile à trouver, constate le quotidien. Mais les complémentaires disposent de plusieurs leviers pour tenter d'y parvenir.

Parmi ceux-ci figurent les réseaux de soins, qui rassemblent des opticiens, dentistes ou audioprothésistes avec lesquels ont été négociés des tarifs maîtrisés, précise le quotidien économique. "Sur la partie optique, et avant la mise en place des nouveaux contrats responsables, les réseaux de soins ont permis de faire baisser les dépenses de ce poste de 4 points", témoigne ainsi Yves Champain, directeur technique et financier d'Eovi MCD mutuelle.

Développer la prévention est également un moyen de faire baisser les dépenses de santé, et donc de limiter l'augmentation des cotisations. Sur ses contrats collectifs, Malakoff Médéric négocie ainsi des remises tarifaires en contrepartie de la mise en place effective de services de prévention dans les entreprises.

Enfin, la sensibilisation des adhérents au bon usage du médicament peut contribuer à contenir les dépenses sur un poste qui représente près de 70% des remboursements. Délivrer la bonne information pour encourager le recours aux génériques et sensibiliser les médecins à des prescriptions responsables constituent le cœur d'"un nécessaire travail d'éducation aux bonnes pratiques".

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)