croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Retraites : la réindexation sur l’inflation refait surface

Les pensions de retraite les plus modestes pourraient être de nouveau indexées sur l'inflation. Le gouvernement se dit prêt à examiner cette proposition issue du grand débat.

C'est "la mère des réformes du quinquennat", assure L'Express, qui présente le future système universel de retraites comme "un véritable big bang".

Ce nouveau système, indique le site de l'hebdomadaire, fonctionnera toujours par répartition. Via leurs cotisations, les actifs financeront ainsi les pensions des retraités actuels. L'âge minimal légal serait toujours fixé à 62 ans. En revanche, les trimestres disparaîtraient, les droits étant uniquement exprimés en points, et chacun n'aurait plus qu'une seule pension.

Cette réforme sera présentée en juin 2019, pour un examen au Parlement avant la fin de l'année. D'ici là, les concertations sociales auront passé au crible un certain nombre de points délicats : l'harmonisation des 42 régimes de retraites dans ce système universel ; les dérogations contradictoires avec l'idée de l'universalité (carrières longues, métiers pénibles, travailleurs handicapés…) ; l'équilibre des comptes, etc.

Sur ce sujet, annoncent Les Echos, une idée du président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, refait surface après avoir été écartée par le gouvernement. Celle de la réindexation de certaines pensions sur l'inflation, dans l'idée de préserver le pouvoir d'achat des retraités les plus modestes.

Au début de l'année, rappelle le quotidien économique, les retraites ont été revalorisées de 0,3%, soit un taux bien inférieur à celui de l'inflation de 2018. En 2020, une même sous-indexation était prévue. Sauf que le Conseil constitutionnel vient de censurer cette mesure, contraignant l'exécutif à "soumettre à nouveau au vote cette mesure impopulaire, à l'automne prochain".

Apparue dans le grand débat, la proposition d'une réindexation des pensions les plus modestes fait partie des nouvelles dispositions à instruire. A ce titre, le gouvernement ferait déjà plancher son administration "sur une modulation de la revalorisation des pensions pour janvier 2020", croient savoir Les Echos.

A priori, "le seuil de la réindexation complète pourrait être de 1.200 euros de pension mensuelle - c'est celui du taux réduit de CSG. La moitié des retraités touchent moins que cela, soit 7 millions de personnes".

Quant aux 5 millions de retraités touchant une pension entre 1.200 et 2.000 euros et qui vont bénéficier d'un remboursement de CSG, conformément aux annonces d'Emmanuel Macron en décembre 2018, ils devraient en outre obtenir un nouveau "coup de pouce". Leur allocation pourrait être mieux revalorisée, aux alentours de 0,8%. Les seuils et les niveaux de revalorisation retenus par l'exécutif seront connus à la fin du grand débat, note le quotidien, et inclus dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2020, présenté fin septembre au Parlement.

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)