croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Retraites : des réformes en vue

A en croire le sondage que publie Le Parisien/Aujourd'hui (pages 2 et 3), "les Français restent majoritairement (55%) attachés à leur système de retraite". Mais, prévient ce quotidien, "la capitalisation gagne du terrain" dans leur esprit.
En effet, en deçà de 30 ans, le système par répartition ne semble plus recueillir l'adhésion des personnes interrogées. Le système individuel par capitalisation tente près de 49% de cette tranche d'âge, tout comme d'ailleurs les ouvriers et les employés.

Mais selon le quotidien, la position des cadres et des professions libérales ("pourtant convertis pour la plupart à la "capi" via leurs entreprises notamment") est ce qu'il y a de "plus surprenant". Ces derniers plébisciteraient le fonctionnement actuel pour son "côté utilitaire et l'attachement au modèle social", explique Jean-Daniel Lévy, directeur adjoint de l'institut CSA, à l'origine du sondage.

Dans l'ensemble, toutefois, 78% des Français en "conviennent massivement : la réforme est nécessaire". Cela tombe bien, indique à son tour La Tribune (page 26), le gouvernement va s'engager dans cette réforme au cours du premier semestre 2008. "Les régimes spéciaux étant en bonne voie d'être réformés, le gouvernement a désormais le champ libre pour revoir les autres régimes de retraite", explique le journal économique.

Pour le régime des salariés du privé, il est prévu une série de décrets, et des mesures législatives pour ce qui relève de la fonction publique ou l'emploi des seniors. Deux thèmes sensibles émergeront de cette réforme : l'allongement de la durée de cotisation de 40 à 41 ans à partir de 2009, à raison d'un trimestre par année, et l'évolution du montant des pensions.

Concernant ce dernier sujet, l'Etat et les partenaires sociaux devraient fixer prochainement le mode d'indexation. Quant à la majoration de la durée de cotisation, elle a déjà été validée par la commission de garantie des retraites, rappelle La Tribune.

Selon la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav), cette réforme devra se faire sans dégradation du niveau des pensions et avec une très probable augmentation des cotisations. Toutefois, prévient sa présidente, Danièle Karniewicz, il faudra adapter ce nouveau dispositif aux cadres "qui fournissent la solidarité". En effet, s'ils "ne trouvent pas de juste retour, ils ne voudront plus du système par répartition".

A lire aussi – Santé sur Internet : un label qualité

La Haute Autorité de santé (HAS) a présenté hier une démarche de certification dans laquelle sont invités à s'engager les sites Internet français d'information consacrés à la santé, rapporte La Tribune (page 26).

La fondation suisse Health on the Net (HON) a été choisie comme maître d'œuvre. Ainsi, en bas des pages web des sites qui respectent les 8 principes du nouveau code de bonne conduite, le logo "HONcode" devrait apparaître. Pour cela, détaille Le Figaro (page 12), il faudra garantir 8 critères notamment "l'indication de la qualité des rédacteurs, la transparence du financement du site, la séparation entre la ligne éditoriale et la politique publicitaire et le professionnalisme (il faudra identifier un webmestre et avoir une adresse de contact)". Autres critères : "La justification de toute affirmation sur les bienfaits et les inconvénients d'un traitement, la citation des sources d'information, la confidentialité des informations personnelles données, le cas échéant par des patients." Les sites Internet devront enfin garantir la complémentarité, c'est-à-dire venir en complément, et non en remplacement de la relation du médecin avec son patient.

Selon la HAS, "environ un patient sur cinq cherche de l'information sur internet", rapporte La Tribune. Des mesures de prudence s'imposaient donc face à ce réflexe de plus en plus courant.

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)