croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Reste à charge zéro : le calendrier d’Agnès Buzyn

La ministre de la Santé a indiqué que les négociations pour un reste à charge zéro en dentaire "devraient aboutir courant 2018".

""S'agissant des lunettes, des prothèses dentaires et de l'audition, je fixe l'objectif de 100% de prise en charge d'ici à 2022." La promesse faite par Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle "a frappé les esprits... même si chacun se demande toujours qui paiera de la Sécurité Sociale ou des mutuelles, et pour quels soins ?", s'interroge Le Figaro. Supprimer le reste à charge dans ces trois spécialités coûterait autour de 4,4 milliards d'euros par an, estime le quotidien.

Invitée hier de l'Association des journalistes de l'information sociale (Ajis), la ministre de la Santé a fourni quelques pistes de réflexion sur ce chantier. "On n'est pas là pour offrir des montures Chanel à tout le monde ou des verres antireflet qui filtrent la lumière bleue", a ironisé Agnès Buzyn. "Le but est de se mettre d'accord sur un panier de soins nécessaires et que tout le monde puisse y avoir accès", a-t-elle précisé. En clair, l'objectif consiste d'abord à définir un ensemble de soins de base nécessaires à la bonne santé des Français.

Concernant le secteur dentaire, les discussions se sont engagées dès la réouverture cet été des négociations conventionnelles entre les dentistes et l'assurance maladie. "Chez les dentistes, le panier de soins indispensables et le reste à charge zéro est déjà en discussion. Les négociations devraient aboutir courant 2018", a précisé Agnès Buzyn.

En revanche sur l'optique et les audioprothèses, "il faudra attendre un peu", commente Le Figaro. "Les négociations ont commencé début novembre et les consultations débutent tout juste. L'objectif est d'avoir un bon cadrage en 2018, mais il n'est pas sûr que l'on soit prêt pour le projet de budget de la Sécu 2019. On y travaille ardemment mais les filières sont complexes", a expliqué la ministre.

Agnès Buzyn s'est montrée "très déterminée sur ce sujet", soulignant que l'accès aux soins optiques est un enjeu important notamment pour les plus jeunes, constate Le Figaro. "On s'aperçoit que des jeunes sont en échec scolaire, car ils n'ont pas pu voir d'opticien", a déclaré Agnès Buzyn.

Quant aux audioprothèses, c'est aussi un sujet majeur pour les retraités tant en raison de leur coût (environ 1.500 euros par oreille pour s'équiper) que pour leur rôle dans la lutte contre la dépendance.

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)