croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Réforme des retraites : début de la concertation

Le gouvernement entame aujourd'hui ses consultations sur la réforme des retraites promise par Emmanuel Macron. Selon le rapport du Conseil d'orientation des retraites, le déficit des régimes sera moindre que prévu en 2020.

Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire aux Retraites, va recevoir une à une les organisations syndicales et patronales, en débutant aujourd'hui par la CGC, indique Le Figaro.

Le gouvernement compte ainsi mettre en œuvre la promesse du candidat Macron, qui voulait remplacer la trentaine de régimes de retraite existants par un système universel par répartition, où un euro cotisé garantit à tous les mêmes droits à pension. "Créer un système universel signifie en effet la fin des régimes spéciaux de retraite de la SNCF, de la RATP... Un sujet tout aussi explosif que le relèvement de l'âge légal de départ à 62 ans, décidé en 2010 par Nicolas Sarkozy et qui avait jeté plus d'un million de Français dans les rues !", rappelle Le Figaro. Pendant la campagne des présidentielles, Emmanuel Macron affirmait dans son programme que "le problème des retraites n'est plus un problème financier".

Le rapport du Conseil d'orientation des retraites (Cor), qui paraîtra demain, semble lui donner raison. Selon ce document provisoire, que se sont procuré Les Echos, dans les prochaines années, le déficit des retraites ne serait pas aussi important que ce que l'on prévoyait encore en juin. Selon le Cor, en 2020, le besoin de financement du système de retraites serait ramené à 0,1 % du PIB (2,2 milliards d'euros) au lieu de 0,4 % (8,8 milliards), niveau prévu avant l'été. Par rapport au déficit de 2016 (4,4 milliards), ce serait une baisse de moitié, soulignent Les Echos.

En juin, le Conseil d'orientation des retraites a refait tous ses calculs en partant de nouvelles hypothèses démographiques : allongement de l'espérance de vie des hommes, baisse du solde migratoire… "Le tableau qui s'est alors dessiné est nettement plus sombre que ne le pensait l'équipe Hollande, estime le quotidien économique. De quoi questionner la promesse d'Emmanuel Macron de ne pas toucher aux paramètres de l'âge ou de la pension dans le cadre de la création d'un régime unifié de retraite par points, au moins pendant ce quinquennat."

Grâce aux mesures d'économies décidées en octobre 2015, le futur régime unifié Agirc-Arrco afficherait un excédent d'un milliard d'euros en 2019, contre un déficit de 2,2 milliards en 2016. Il demeurerait durablement excédentaire, même avec une croissance de la productivité de seulement 1,3%.

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)