croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Recrudescence des arrêts de travail

Les arrêts de travail connaissent une hausse chronique depuis 2014. En 2018, sur les cinq premiers mois de l'année, les versements d'indemnités journalières (IJ) sont en hausse de 5,7%

Depuis 2014, les dépenses liées aux arrêts maladie ne cessent de croître. En 2017, indique Le Figaro en s'appuyant sur un communiqué de l'assurance maladie, les versements des indemnités journalières (IJ) ont augmenté de 4,4%, après une hausse de 4,6% en 2016 et de 3,7% en 2015.

En 2018, prévient le quotidien, la tendance se poursuit : sur les cinq premiers mois de l'année, les dépenses d'IJ ont en effet crû de 5,7%. Pour le seul mois de mai, celles-ci se sont élevées à 904 millions d'euros. Transposé sur 12 mois, le montant des versements atteindrait ainsi les 10,5 milliards d'euros (contre 10,3 milliards en 2017).

Les arrêts de longue durée (plus de trois mois) ont particulièrement impacté cette évolution des dépenses. "Une tendance en partie liée à la réforme des retraites de 2010, qui a fait reculer progressivement l'âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans", explique Le Figaro.

De fait, la probabilité d'être en arrêt maladie augmente avec l'âge, de même que la durée des arrêts.

En moyenne, les arrêts indemnisés des 60 ans et plus s'élèvent à 76 jours, contre 52 jours pour les 55-59 ans et 35 pour l'ensemble de la population en 2016, précise Le Figaro. D'où la hausse des dépenses en IJ pour les seniors actifs : en 2010, celles-ci étaient de 4,8%, en 2016 elles atteignaient 7,9%.

D'autres motifs expliquent cette dynamique, poursuit le quotidien. En particulier, la reprise de la croissance, laquelle signifie plus d'emplois, donc plus d'arrêts maladie potentiels. A cela s'ajoute la montée des burn-out dus à la souffrance professionnelle. Constat régulièrement établi par les médecins généralistes obligés de soulager les salariés par un arrêt de travail.

A ce titre, en octobre 2017, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, soulevait la question : "Jusqu'à quand l'assurance maladie palliera-t-elle les défaillances du management au travail ?"

La Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam), qui doit publier le 28 juin 2018 ses propositions sur l'évolution des dépenses et les pistes d'économies à réaliser pour 2019, se penche sérieusement sur cette montée des arrêts de travail. Elle a par exemple élaboré "une stratégie de contrôle qui met l'accent sur la reprise du travail et la prévention", note Le Figaro. Notamment parce que la chronicisation des arrêts de travail peut être à l'origine d'une "désinsertion professionnelle et sociale". Il a en effet été constaté qu'une personne sur deux en arrêt maladie de plus de six mois ne reprendra pas le travail.

A lire aussi dans la presse

 

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)