croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Quatre cancers sur dix pourraient être évités

Selon le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), une réduction de la consommation de tabac, d'alcool et une meilleure alimentation permettraient de réduire de 40% le nombre de cas de cancers.

"Plus de quatre nouveaux cas de cancers sur dix chez les adultes de plus de 30 ans seraient attribuables à des facteurs de risque liés au mode de vie ou à l'environnement en France métropolitaine en 2015."

Tel est le constat du directeur du Centre international de recherche sur le cancer (Circ) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Christopher Wild, dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) publié le 25 juin 2018.

Pour parvenir à cette observation, le Circ a mené une enquête en 2015 auprès de 346.000 personnes atteintes par la maladie, rapporte Libération. Sur ce nombre, 142.000 cas auraient pu être évités, car consécutifs aux 13 facteurs de risques classés comme cancérogènes.

Tous ces risques sont liés aux modes de vie ou à l'environnement, précise le quotidien. En tête de liste figurent le tabac, "puis l'alcool, une mauvaise alimentation, et enfin l'obésité", indique Le Figaro.

Les cancers occasionnés par le tabagisme touchent surtout les classes populaires, précisent Les Echos. Le risque est "de 1,5 à 2 fois plus élevé chez les 20% les plus défavorisés, par rapport aux 20% les plus favorisés", mentionne le BEH.

Si les hommes sont majoritaires chez les fumeurs, le nombre de femmes est en augmentation, particulièrement parmi celles nées entre 1945 et 1965. Les conséquences de leur consommation devraient être néfastes pour elles jusqu'aux alentours de 2045, prédit le Circ.

L'alcool est, quant à lui, responsable de 28.000 nouveaux cas de cancers évitables (8%). Comme pour le tabac, qui n'affecte pas seulement les poumons, il est responsable de plusieurs cancers de l'appareil digestif ou encore du sein. Le vin représente 59% du volume d'alcool consommé en France, devant les alcools forts (21%) et la bière (19%), détaille Science et Avenir.

Par ailleurs, une alimentation déséquilibrée et l'obésité sont respectivement responsables de 18.800 et 18.600 nouveaux cas de cancer, soit 5,4%. Précisément, la "malbouffe" touche davantage les hommes alors que le surpoids et l'obésité concernent majoritairement les femmes, et représentent des facteurs de risque pour les cancers du sein et du col utérin.

D'autres facteurs de risque évitables existent, note enfin La Croix, mais ils sont moins fréquents. Parmi ceux-là, on trouve les agents infectieux (4% des nouveaux cas) tels que le papillomavirus, responsable du cancer du col de l'utérus, ou encore la bactérie Helicobacter pylori, responsable du cancer de l’estomac. S'y ajoutent les expositions professionnelles pour 3,6% des cas (amiante, pesticides…) ou encore d’autres facteurs tel que le radon, un gaz radioactif naturel que l'on trouve dans l’air intérieur, la pollution atmosphérique, ou certaines substances chimiques présentes dans l’environnement.

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)