croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Optique : le remboursement des complémentaires bientôt plafonné

Le décret redéfinissant les contrats solidaires et responsables pourrait être publié à la fin du mois de mars, croit savoir Le Monde Economie & Entreprise (page 3). Ce quotidien s’est procuré le projet de texte qui marque la volonté du gouvernement de poursuivre "son offensive pour maîtriser l’explosion des dépenses d’optique et faire baisser les prix". Pour y parvenir, l’exécutif compte plafonner, par le biais de ces contrats, le montant des remboursements des lunettes par les complémentaires, remboursements qui seraient également dégressifs sur trois ans.

Ainsi, développe Le Monde, dans un article intitulé "Le gouvernement s’attaque à la rente des opticiens", "pour les verres simples, le montant maximum de remboursement par les complémentaires santé sera ramené de 350 euros en 2015, à 200 euros en 2018, au rythme de 50 euros de moins par an. Concernant les verres complexes, le maximum de 600 euros tombera à 400 euros en 2018. Pour les montures, le plafond, de 100 euros, ne bouge pas sur la période". L’autre restriction, complète Le Figaro, concerne la prise en charge, qui se limitera à une paire de lunettes tous les deux ans, "sauf chez les enfants ou en cas d’évolution de la vue", selon le projet de décret.

Avec ces nouvelles règles, les pouvoirs publics espèrent stopper la "mécanique inflationniste" propre au secteur de l’optique, explique Le Monde. Il faut savoir, a dénoncé Etienne Caniard hier soir au journal de 20 h de France 2, que "lorsqu’une mutuelle rembourse une paire de lunettes, elle finance les magasins en même temps que les lunettes". "Il faut arrêter cette inflation stupide !", a réclamé le président de la Mutualité Française, qui estime par ailleurs nécessaire de faire également cesser "la course à l’échalote des complémentaires". Elle aussi, assure-t-il, entretient une hausse des prix.

"L’objectif, c’est de diminuer le coût des lunettes, insiste Jean-Martin Cohen Solal, délégué général de la Mutualité Française, ce matin, sur LCI, dans le journal de 6h30. Les lunettes sont trop chères en France, environ 50% plus chères que dans les autres pays, ce qui n’est pas normal".

Plafonner leur remboursement, est-ce la bonne solution ? Certes, estime Jean-Martin Cohen Solal, dans Le Parisien/Aujourd’hui (page 9), "il faut maîtriser ce secteur qui explose". Toutefois, considère-t-il, "le plafonnement proposé peut encore être affiné". Quant à la dégressivité, complète-t-il dans Les Echos (page 2), "c’est une usine à gaz, qui serait complexe à mettre en œuvre et illisible pour le consommateur".

"L’objectif n’est pas de diminuer les remboursements mais bien de diminuer la somme qui reste à la charge des ménages, a expliqué hier soir Etienne Caniard sur RTL, au micro de Marc-Olivier Fogiel. L’idée est tout simplement de faire baisser les prix" car, détaille-t-il, "2 millions de Français renoncent à des soins optiques en raison de leur prix". Et le président de la FNMF de citer, pour "briser le cercle vicieux", un nouvel outil rendu possible par la loi Le Roux, qui autorise les mutuelles à développer des réseaux de soins incluant des opticiens avec lesquels elles ont conventionné. "Cela permet de s’entendre sur la qualité, sur le prix et de diminuer le reste à charge, a indiqué Etienne Caniard. Dans nos réseaux, la somme restant à charge pour une paire de lunettes, est, en moyenne, de 110 euros. En dehors des réseaux, elle est de 165 euros."

Interrogé sur une éventuelle baisse des cotisations qui devrait logiquement accompagner une baisse de prix des lunettes, le président de la Mutualité Française a jugé qu’il faut d’abord "arrêter l’augmentation continue des dépenses de santé. L’optique n’est qu’une partie de ces dépenses, il faudrait faire la même chose sur les dépassements d’honoraires qui sont aujourd’hui un facteur de difficulté d’accès aux soins".