croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Opération Fonction publique

Pour faire face à des "défis inédits" et afin de "contribuer à la compétitivité de notre économie", le Premier ministre a ouvert hier un cycle de rencontres sur la réforme de la Fonction publique.

D'après Le Parisien/Aujourd'hui (page 8), cette concertation permettra d'engager "une réflexion tous azimuts, en associant les syndicats et les employeurs (Etat, collectivités locales et hôpitaux) sur les grandes questions : le pouvoir d'achat, le dialogue social, les conditions de travail".

Ce débat participatif devrait aboutir à la parution d'un livre blanc en avril 2008, "un jalon qui servira à des décisions politiques", selon le ministre du Budget et de la Fonction publique, Eric Woerth, que cite Le Figaro (page 21). En fait, l'objectif de cette démarche consiste à définir les grands axes du "pacte 2012".

La redéfinition des missions de la Fonction publique constituera ainsi un des thèmes du débat. Selon La Croix (page 11), de plus en plus de tâches jusqu'alors remplies par des fonctionnaires sont désormais assurées par des salariés du privé. "Dès lors, quel doit être le périmètre d'action de la Fonction publique ?", s'interroge le quotidien catholique.

Autre enjeu, la maîtrise des effectifs. Afin de "ramener à zéro le déficit budgétaire en 2010 ou en 2012", le nombre de fonctionnaires devrait baisser. Ainsi un départ à la retraite sur deux ne sera pas remplacé, selon les voeux de Nicolas Sarkozy.

D'ailleurs, note Le Parisien/Aujourd'hui, échaudés par la suppression annoncée de 23.000 postes en 2008, "les syndicats demandent au gouvernement de revoir sa copie".

Un désaccord avec le gouvernement qui se retrouve également au sujet de la réforme des heures supplémentaires. Selon Les Echos (page 4), reçus aujourd'hui par le ministère de la Fonction publique, les syndicats vont d'ailleurs être consultés pour parvenir à un accord qu'ils espèrent davantage concerté.

La tension est aussi vive en ce qui concerne la question des salaires. Ce sujet sera fortement discuté car la "revalorisation au mérite est l'un des prochains objectifs du gouvernement".

Enfin, le quatrième thème qui sera abordé concerne la modernisation du statut. Pour L'Humanité (page 5), il ne fait aucun doute que le gouvernement oriente sa politique vers "la privatisation" de la Fonction publique, notamment en proposant aux nouveaux entrants de faire un "choix" entre le statut de fonctionnaire et un contrat de droit privé.

Le changement de statut de La Poste, lui, est d'ores et déjà inscrit dans une réforme. Mais à l'initiative de Bruxelles, cette fois. Comme l'explique Le Figaro (page 23), à l'initiative des vingt-sept ministres des Télécommunications de l'Union européenne "la libéralisation de cet ultime segment de marché qui, au moins en France, restait à l'écart des convoitises des grands opérateurs étrangers" va être libéralisé en 2011.

A lire aussi – Une fin de vie facilitée pour tous

Le Comité national de suivi du développement des soins palliatifs et de l'accompagnement vient de remettre à la ministre de la Santé un rapport dans lequel des propositions en faveur des accompagnateurs de fin de vie sont envisagées.

Selon La Croix (page 4), le Comité propose notamment que ces personnes qui assistent généralement un proche en fin de vie soient rémunérées dans un congé, à l'instar du congé de solidarité familial. Ce dispositif existe pour les personnes gravement malades ou handicapées.

Pour l'auteur du rapport, le Dr Aubry, responsable de l'unité de soins palliatifs du CHU de Besançon (Doubs), cette réforme ne représenterait pas une lourde charge pour la collectivité. Chaque année, déclare-t-il, "sur 500.000 personnes qui meurent en France, 300.000 bénéficient de l'accompagnement d'un proche.

Or, on sait que 200.000 de ces proches se voient accorder un arrêt maladie dans le cadre de cet accompagnement. (...) La rémunération d'un congé d'accompagnement ne coûterait donc pas plus cher à la société mais procéderait d'une clarification".

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)