Mutualité Française : élection du nouveau président

La Mutualité Française  tient, ce jeudi 23 juin, à la Maison de la Mutualité, à Paris, son assemblée générale afin d'élire son nouveau président pour un mandat de cinq ans. Comme le note L'Opinion, le successeur d'Etienne Caniard devrait être Thierry Beaudet, "qui, en rupture avec une certaine tradition mutualiste, préside par ailleurs une grande mutuelle (la MGEN)."

Cet ancien instituteur de 54 ans, indiquent Les Echos, qui en dressent, le portrait, a "une idée bien précise des grandes orientations à donner à la FNMF".

"Nous devons aller à la reconquête de l'opinion publique et des pouvoirs publics et refaire beaucoup de pédagogie", explique Thierry Beaudet aux Echos. Comme l'actuel président de la FNMF, il déplore "l'étatisation" du système de protection sociale, et son encadrement de plus en plus prégnant.

Or, affirme-t-il, "les mutuelles ne peuvent pas être juste des acteurs de sa solvabilisation. Il faut libérer leur action". Thierry Beaudet plaide pour que "les mutuelles puissent prendre toute leur part" dans l'organisation du système.

Comme il tient à le souligner, "le mutualisme, ce n'est pas que la complémentaire santé. C'est aussi une forme d'entrepreneuriat à part, qui fait par exemple que nous gérons 2.500 services de soins et d'accompagnement."

Par ailleurs, il affirme sa volonté de "renouer des relations plus sereines avec les professionnels de santé". "Un sujet crucial pour les complémentaires dans la maîtrise du reste à charge", commentent Les Echos.

"L'élection de Thierry Beaudet devrait s'accompagner d'une évolution des missions de la FNMF", poursuivent Les Echos. "Les grosses mutuelles souhaiteraient en effet avoir la main sur le conventionnement avec les professionnels de santé ou mener leurs propres politiques de prévention", note le quotidien économique.

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)