croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Mettre en cohérence les aides à la complémentaire santé

Lors de son intervention au congrès de la Mutualité Française, à Nantes, le président de la République a annoncé la généralisation de la complémentaire santé "pour les retraités d’ici à 2017". "La Mutualité Française a été entendue, au moins en partie", estiment Les Echos (page 4).

Pour que les retraités puissent conserver leurs garanties avec le même niveau de prime, François Hollande s’est dit prêt à étudier la piste d’une réforme de la fiscalité. Il a parlé de "s’appuyer sur les contrats responsables, en ciblant les aides fiscales et sociales intergénérationnelles", rapporte le quotidien économique.

"La généralisation d’une bonne complémentaire santé est un enjeu majeur porté par le président de la République, qui a donné lieu à toute une série de décisions depuis 2012 : meilleurs remboursements de l’assurance maladie, encadrement des dépassements d’honoraires… La solidarité en sort préservée, voire renforcée", a assuré la ministre de la Santé, samedi matin au cours de l’émission "On n’arrête pas l’éco", sur France Inter.

"Grâce à l’initiative de la Mutualité, que j’ai inscrite dans la loi, nous allons pouvoir faire pression pour faire baisser les prix, notamment des lunettes, a ajouté Marisol Touraine. Nous allons également poursuivre notre action afin, qu’en dehors de son entreprise, un chômeur ou un retraité puisse conserver sa mutuelle."

Egalement invité de France Inter, le président de la Mutualité Française, Etienne Caniard, a jugé "inadmissible qu’aujourd’hui des personnes ne puissent pas se soigner".

Il faut réduire le reste à charge, mettre en cohérence les aides à la complémentaire santé, qui s’élèvent actuellement à 5,5 milliards d’euros (3,5 milliards pour les contrats collectifs et 2 milliards pour les "filets de sécurité" que sont la CMU et l’ACS. Ces aides suscitent des effets de seuil et des situations de rupture.

Participant également à l’émission de France Inter, Christian Saout, secrétaire général délégué du Collectif interassociatif sur la santé (Ciss), s’est réjoui de la généralisation du tiers payant. Cette mesure "permettra de réduire les inégalités de santé, de se consacrer aux autres inégalités et de conduire de nouvelles actions, notamment sur le reste à charge ». La généralisation du tiers payant sera-t-elle effective pour tous en novembre 2017 ? "Les patients vont pouvoir progressivement bénéficier du tiers payant. Cela commencera dès le 1er juillet 2015 pour les bénéficiaires de l’ACS", a rappelé la ministre de la Santé, au micro de "On n’arrête pas l’éco".

Que répondez-vous aux médecins qui craignent un surplus de travail administratif ?, interroge France Inter. Réponse d’Etienne Caniard : " Il faut qu’ils se rassurent. […] Tous les acteurs du système garantissent le paiement dans un délai fixé, qui est d’une semaine. Les médecins n’auront pas besoin de vérifier que les parts obligatoire et complémentaire seront réglées. Nous allons essayer de mettre en œuvre, avec l’assurance maladie, une information unique et un paiement simultané des deux parties."

Les médecins disent craindre de tomber sous la dépendance des complémentaires santé ? "Nous n’avons pas l’intention d’imposer quoi que ce soit aux médecins, rétorque le président de la Mutualité. Nous voulons juste simplifier les circuits de paiement et sécuriser le règlement pour les médecins."

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)