croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Médicaments en grande surface ?

"Les Français tentés par les médicaments en grande surface", titre Le Parisien/Aujourd'hui (page 11). Ce quotidien publie les résultats d'un sondage sur l'automédication, réalisé par le CSA/Cecop pour la Mutualité française. Cette enquête a été effectuée à l'occasion du colloque, organisé cet après-midi, à Paris, par la Mutualité, sur le thème : "L'automédication : recul ou progrès ?" Interrogé dans Le Quotidien du médecin d'hier (page 3), son président, Jean-Pierre Davant, rappelle que cette manifestation vise à " dresser un constat de l'automédication en France et à l'étranger, et d'en dessiner les perspectives".

Comme le montre le sondage publié dans Le Parisien/Aujourd'hui, un Français sur quatre se dit prêt à acheter ses médicaments ailleurs qu'en pharmacie, "c'est-à-dire dans les supermarchés ou les drugstores, comme dans les pays anglo-saxons", commente ce quotidien. En outre, 47% des personnes interrogées estiment que l'automédication est une "démarche normale".

Selon l'Association française de l'industrie pharmaceutique pour une automédication responsable, le marché français de l'automédication a augmenté, en 2006, de plus de 8% en volume et de 9% en valeur. Pour autant, la France reste loin derrière ses voisins européens, souligne Le Parisien/Aujourd'hui.

Pour Le Quotidien du médecin, ce colloque "tombe à pic". Ce journal rappelle que le ministre de la Santé ne s'est pas encore prononcé sur les suites à donner aux propositions du rapport Coulomb sur l'automédication, alors qu'il avait annoncé des décisions pour la fin février. Selon Le Parisien/Aujourd'hui, Xavier Bertrand y semblerait plutôt favorable, "à condition que les prix des médicaments soient strictement encadrés et que les patients soit assurés de conseils suffisants de la part de leur pharmacien". En revanche, le ministre s'est déclaré opposé" à la vente des médicaments en grande surface et au déremboursement de nouveaux médicaments".

A lire aussi – Pollution : alertez les bébés


On savait par des enquêtes effectuées chez nos voisins européens que la pollution atmosphérique augmentait la fréquence des pathologies respiratoires chez les tout petits. Pour autant, aucune étude scientifique française n'en avait jusqu'alors apporté la preuve. C'est désormais chose faite avec la publication, hier, des premiers résultats d'une enquête effectuée par le laboratoire d'hygiène de la ville de Paris auprès de 4.177 nouveau-nés suivis depuis 2003, annonce Libération (page 18).

Ces bébés parisiens et de la petite couronne ont été suivis depuis leur naissance. Cinq maternités ont été sélectionnées parmi lesquelles celle de l'Institut mutualiste Montsouris, indique Le Journal de Paris (page I), supplément du Parisien.

Résultats : toux sèches (23%), sifflements (22%), eczéma (17%) et rhinites allergiques (9%) sont les principaux problèmes respiratoires et allergiques apparus au cours de leur première année de vie. Les garçons sont les plus touchés. Ils ont plus de bronchiolites, plus d'otites, plus d'eczéma et de sifflements que les filles. "Cette étude permettra d'améliorer l'habitat et la prise en charge dans les crèches municipales", a déclaré Alain Lhotis, adjoint chargé de la santé à la mairie de Paris. La capitale fait des émules : à partir de 2008, une étude nationale sur le même sujet devrait être menée auprès de 20.000 enfants.