croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Mediator® : chronique d’un échec de la sécurité sanitaire

"Mediator® : les fautes de l'Etat", titre en "une" Libération, dont l'enquête met en cause les failles de la sécurité sanitaire pendant dix ans. Potentiellement responsable de centaines de morts, cet antidiabétique, utilisé comme coupe-faim, aurait pu être interdit bien plus tôt, selon le quotidien, qui constate un "emballement" du scandale du Mediator® depuis quelques jours, au point qu'il pourrait devenir "une affaire d'Etat".

Mardi, les députés socialistes ont réclamé la création d'une mission d'information parlementaire à ce sujet. "Il s'agit pour nous de cerner les dysfonctionnements en cause, qu'ils se situent au niveau de l'entreprise ou des processus de pharmacovigilance, et de permettre des recommandations pour l'amélioration éventuelle de ceux-ci", explique la députée socialiste Marisol Touraine. Elle propose d'intituler cette mission : "Le Mediator® : évaluation de la crise, recommandations de pharmacovigilance." De son côté, le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, s'est énervé lundi, lorsqu'un journaliste de France Inter a évoqué une éventuelle "complaisance" des pouvoirs publics et des autorités sanitaires avec le laboratoire Servier, qui a commercialisé ce médicament.

Libération (pages 2 à 4) retrace les "trois rendez-vous manqués", qui auraient permis de retirer ce médicament du marché "bien avant 2009". En 1999, un cardiologue de Marseille, le Dr Georges Chiche envoie un dossier sur les graves effets secondaires du Mediator®, au centre antipoison, qui le transmet à l'Agence française de sécurité sanitaire. Il reçoit un courrier de bonne réception et puis plus rien. La même année, un avis défavorable au remboursement de l'antidiabétique pour absence d'intérêt thérapeutique, n'est pas suivi par le ministère de la Santé.

En 2003, Madrid retire du marché le Modulator® (nom espagnol du Mediator®) parce qu'il présente des risques de graves troubles cardiaques. En 2007, la Com­mission nationale de pharmacovigilance signale "des rares cas d'hypertension pulmonaire et de valvulopathie". Le dossier est examiné en commission d'autorisation de mise sur le marché (AMM) puis par la commission de transparence, mais il ne se passe rien. La France interdira le Mediator® en 2009, "dernier pays au monde à prendre cette mesure de salut public", dénonce François Sergent dans l'éditorial de Libération (page 2). "Entre-temps, douze ans de non-assistance à personnes en danger et un milliard de profits pour Servier. (...) L'organisme public en charge des médicaments n'a pas d'explication à sa mortelle bévue. Autant d'anomalies qui sèment le doute sur le professionnalisme de l'Afssaps, sur ses connexions avec Servier et sur les liens des politiques avec l'industrie pharmaceutique", accuse l'éditorialiste de Libération, qui réclame "une enquête indépendante" pour lever les "doutes" au plus vite.

Ces "insupportables" dépassements d'honoraires
Une récente note de la fondation Terra Nova, proche du PS, estime que les dépassements d'honoraires mettent en cause "les fondements sur lesquels repose le système de santé français", note le quotidien La Croix (page 27). Cette pratique "fragilise la situation des plus démunis, en particulier ceux qui n'ont pas de complémentaire santé (7% de la population) ou dont la complémentaire ne prend pas en charge les dépassements (40% des assurés concernés)", constatent Daniel Vasseur, économiste, et Fabrice Lenseigne, maître de conférence à Sciences-Po. Ils dénoncent "la lente sape" de l'assurance maladie. "Au fil des ans, les dépassements d'honoraires ont crû hors de tout contrôle des pouvoirs publics et sont parfois devenus insupportables", soulignent les auteurs de cette note, qui relèvent que ce phénomène contribue à "retarder l'entrée de certains malades dans le parcours de soins". La Croix rappelle qu'en juin 2009, Nicolas Sarkozy avait jugé "inacceptable" que des Français puissent être ainsi contraints à renoncer à des soins. Des propos tenus à l'occasion du 39e congrès de la Mutualité Française, à Bordeaux, précise-t-on.
John Sutton