croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Maisons de retraite : davantage d’infirmières de nuit

Développement de la prévention et de la télémédecine, recrutement d'infirmières de nuit dans les Ehpad… la ministre de la Santé a présenté le 30 mai 2018 des mesures visant à "améliorer la qualité de vie des personnes âgées" et à "anticiper la perte d'autonomie".

Très attendue après les journées de grève dans les maisons de retraite médicalisées et les services d'aide à domicile, Agnès Buzyn a dévoilé le 30 mai 2018 sa feuille de route pour le grand âge et l'autonomie, lors d'une journée de travail organisée par la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) et l'Assemblée des départements de France (ADF), indiquent Les Echos.

Alors que le nombre des plus de 85 ans va passer de 1,5 million actuellement à 4,8 millions en 2050, comment financer sur le long terme la dépendance ? Nouvelle journée de solidarité ? Création d'une nouvelle branche de la Sécurité sociale ? Ces options restent ouvertes, estime le quotidien économique.

L'année 2018, a expliqué la ministre de la Santé, va être mise à profit pour lancer un débat citoyen sur plusieurs questions clefs : quel socle de biens et de services faut-il garantir aux personnes âgées dépendantes ? Qui doit payer quoi ? Qui sera le pilote ? Dans l'immédiat, Agnès Buzyn a dévoilé une quinzaine de mesures d’urgence. Les principales concernent les Ehpad. Dans le but d'éviter les hospitalisations d'urgence depuis les maisons de retraite médicalisées, le plan prévoit "une présence mutualisée d’infirmière la nuit", soit une personne de garde pour plusieurs établissements, souligne Libération.

La généralisation des infirmières de nuit sera financée à hauteur de 36 millions d’euros. D'autre part, 40 millions d'euros seront consacrés, d'ici 2022, à la généralisation de la télémédecine dans les Ehpad. A plus long terme, la ministre de la Santé mise sur la prévention pour favoriser le vieillissement en bonne santé à domicile, avec des actions ciblées sur l'activité physique, l'alimentation, l'aménagement du logement… note Le Figaro.

"Mais où est passé le souffle au ministère des Solidarités et de la Santé ?", interroge Libération. "Devant la feuille de route ‘grand âge et dépendance‘, après les mouvements de colère dans les Ehpad, on a l’impression de lire un plan – certes sérieux avec des mesures intéressantes – mais tellement technique."

A lire aussi dans la presse

JOHN SUTTON

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)