croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

L’heure du renouveau pour les impôts

En cette fin de mois de janvier 2019, tous les contribuables auront découvert le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu. Mode d’emploi.

L'heure de vérité, pour reprendre l'expression du Figaro, est arrivée. Fin de mois oblige, les salariés vont découvrir les effets sur leur feuille de paye de la réforme du prélèvement à la source. Cette mesure, entrée en vigueur le 1er janvier 2019, est désormais une réalité pour l'essentiel des salariés, indique le journal qui rappelle que les retraités, les chômeurs et les travailleurs indépendants ont été les premiers à l'inaugurer.

Selon la Direction générale des finances publiques (DGFIP), 11 millions des 25 millions travailleurs du public et du privé ne sont pas imposables. Ils ne verront donc aucune diminution de leur revenu sur leur bulletin de paye. Concernant les 14 millions de salariés restants, certains pourraient avoir de mauvaises surprises compte-tenu des éventuelles erreurs commises par l'administration en connexion avec leur entreprise. Le ministère de l'Economie se veut pour autant rassurant : celles-ci devraient être "minimes".

"En cas de doute ou d'erreur manifeste sur votre taux de prélèvement à la source, indique à ses auditeurs France Inter, vérifiez d'abord le taux inscrit sur votre dernière feuille d'imposition. Ne cherchez pas à contacter votre employeur ou à négocier avec vos collègues du service paie car l’employeur ne peut en aucun cas modifier le taux de prélèvement à la source et ne fait qu'appliquer le taux personnalisé que lui ont communiqué les impôts. "Mieux vaut donc s'adresser directement aux centres des impôts, ou composer le 0 809 401 401, numéro de téléphone spécialement dédiée au prélèvement à la source.

C'est aussi vers ces services qu'il faut se diriger lorsque sa situation familiale change (mariage, divorce, naissance…), ajoute La Croix, ou bien lorsqu'on souhaite moduler son taux d'imposition en fonction de l'évolution de ses revenus. Pour ce dernier point, indique le quotidien, "un contribuable doit fournir ses revenus 2018 et estimer ceux de 2019". Prévision plutôt ardue pour les travailleurs indépendants, d'autant qu'un risque d’erreur est susceptible de donner lieu à des pénalités.

Il n'en demeure pas moins qu'en mai 2019, les foyers recevront leur déclaration de revenu comme chaque année. En effet, sans la déclaration, explique-t-on par exemple à Bercy, l'administration ne peut pas savoir "si vous avez versé une pension alimentaire dans l’année passée, changé votre chaudière ou combien vous avez donné à des associations".

Comme d’habitude également, l'avis d'imposition sera communiqué à la fin de l'été. Après quoi, détaille La Croix, les contribuables "verront apparaître le compte définitif de leur situation de l’année précédente et leur nouveau taux de prélèvement, celui qui sera ensuite appliqué sur leurs revenus à partir de septembre."

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)