Les Français plébiscitent le tiers payant

Sept Français sur dix approuvent la généralisation du tiers payant telle que la propose le gouvernement, selon un sondage Odoxa pour Les Echos (page 9), Radio classique et FTI consulting. L'adhésion au tiers payant a même bondi de dix points en l'espace de six mois ! C'est l'une des mesures phares du projet de loi santé, dont l'examen en séance publique a été repoussé à mardi prochain, a annoncé hier la ministre de la Santé.

Marisol Touraine a expliqué sa décision par la volonté de "nombreux parlementaires" de participer à des hommages aux victimes des attentats du 13 novembre dans leur circonscription, indiquent Les Echos. "Je crois qu'ainsi l'esprit de concorde pourra nous rassembler", a-t-elle justifié. Les médecins libéraux ont également réclamé un report de l'examen de ce texte, soulignant qu'ils avaient mis fin de leur propre initiative à la grève engagée vendredi dernier avant les attentats. Pour sa part, le "Mouvement pour la santé de tous" réclamait un moratoire jusqu'à la Conférence nationale de santé, prévue le 11 février 2016.

S'il y a une loi sur laquelle le gouvernement ne doit pas lâcher, c'est celle-là, car même les sympathisants de droite sont favorables au tiers payant.

Sur le tiers payant généralisé, Gaël Sliman, président d'Odoxa, estime, dans Les Echos, que "s'il y a une loi sur laquelle le gouvernement ne doit pas lâcher, c'est celle-là, car même les sympathisants de droite sont favorables au tiers payant". En effet, 58% d'entre eux sont pour. C'est moins que pour les sympathisants de gauche, qui soutiennent la mesure à 82%. Paradoxalement, note le quotidien économique, les Français n'ont pas pour autant retiré leur sympathie aux médecins qui font grève contre cette mesure. Ils sont 52% à trouver "justifiée" cette opposition, contre 48%. "Les médecins sont parvenus à convaincre leurs patients que l'avance des frais va être un enfer à gérer : plus de bureaucratie, des remboursements difficiles à obtenir…", explique Gaël Sliman.

Le projet de loi santé concerne également deux autres sujets clivants, selon Les Echos : le paquet de cigarettes "neutre" et l'assouplissement de la loi Evin sur la publicité pour les boissons alcoolisées. Les Français sont très partagés sur ces deux sujets. La moitié d'entre eux souhaite une modification de loi Evin, contre 49% qui y sont opposés. Concernant le paquet neutre, ils sont 55% à s'y déclarer favorables, contre 45%.

"Ce sont des sujets qui fracturent la société, commente Gaël Sliman. A droite, on met davantage l'accent sur le libre arbitre des individus et, à gauche, on reconnaît la légitimité de l'Etat pour intervenir quand la santé publique est en jeu."

En bref

Social

– "Les héros tranquilles du 13 novembre." Sur les lieux mêmes des attentats et dans les heures qui ont suivi, des citoyens ordinaires ont multiplié les gestes d'entraide. Certains ont pu sauver des vies, d'autres ont accueilli des victimes traumatisées ou ont transformé leur logement ou leur magasin en infirmerie. Le Figaro page 16.

– "Les généralistes libéraux assurent les urgences dans les déserts médicaux." Pour accéder aux soins d'urgence en une demi-heure, la ministre de la Santé encourage le développement des "médecins correspondants du Samu". Le Figaro-économie page 23.

Santé

– "Pas de frais médicaux pour les victimes des attentats." La ministre de la Santé a annoncé mardi "la mise en place immédiate de la gratuité des soins" pour les victimes du terrorisme, prévue dans le PLFSS 2016, toujours en discussion au Parlement. Cette mesure entrera donc en vigueur avant l'adoption du texte. Le Journal de Paris/Le Parisien-Aujourd'hui page I.

– "Indispensables cellules psychologiques." Depuis lundi, plus d'une centaine de personnes ont consulté les cellules de soutien psychologique mises en place dans les mairies du Xe et du XIe arrondissement de Paris. Le Parisien/Aujourd'hui page 13.

– "Panser les blessures psychologiques." Immédiatement après les attentats s'est posée la question de la prise en charge post-traumatique des rescapés. Un suivi qui doit se poursuivre à long terme. L'Express n° 3359, page 66.

Economie

– "Axa investit les Big Data." L'assureur multiplie depuis deux ans sa transformation digitale. Au travers d'applications pratiques dans le domaine des assurances auto ou habitation, Axa peut proposer des offres au plus près des besoins de ses clients. Les Echos page 44.

– "Darcos recyclé chez Sanofi." L'ex-ministre de l'Education nationale, Xavier Darcos, préside depuis hier la fondation du laboratoire Sanofi. Un poste non rémunéré, mais influent. Le Parisien/Aujourd'hui page 24.

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)