croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Hôpital: Martin Hirsch veut « renouer avec une vision plus humaine »

Urgences débordées, tarification à l'activité, souffrance et suicides des personnels soignants… Martin Hirsch, directeur de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) aborde tous ces sujets, dans un entretien à L'Obs.

L'hebdomadaire L'Obs (page 52) publie un entretien avec le directeur général de l'AP-HP, Martin Hirsch, qui vient de publier un nouveau livre, "L'hôpital à cœur ouvert", dans lequel il tente d'expliquer les dysfonctionnements des hôpitaux parisiens.

"Prenons l'exemple des urgences : tout Paris a son idée sur ce qu'il faudrait faire pour que ça fonctionne mieux, déclare-t-il. Or ce sujet, comme beaucoup d'autres, n'est pas si simple. Je souhaitais, avec cet essai, parler du "vrai" hôpital, pas de "l'hôpital du commerce", si je puis dire." Ne faudrait-il pas recruter davantage de médecins urgentistes ? interroge L'Obs. "Cela n'améliorerait pas le temps de passage de seulement recruter, si le délai pour avoir un scanner ou des analyses de biologie reste de plusieurs heures", estime Martin Hirsch. Pour lui, "il faut accepter la double vocation de ces services, qui délivrent des soins non programmés, avec un degré d'urgence variable, et s'organiser en conséquence".

Faut-il supprimer la tarification à l'activité dans les hôpitaux ?, interroge l'hebdo. "Avec la T2A, il est vrai que plus on a de patients, plus on engendre de recettes", reconnait le directeur général de l'AP-HP. "A chaque catégorie de malades s'applique un tarif sur la base duquel l'hôpital est rémunéré, rappelle-t-il. Certaines maladies sont donc plus rémunératrices que d'autres, ce qui produit des effets pervers qu'il faut contrer." "Heureusement qu'il reste une éthique forte comme puissant garde-fou aux dérives qui pourraient résulter de la tarification à l'acte", se félicite Martin Hirsch.

L'organisation du travail est-elle en cause dans la souffrance des soignants ? "La loi Bachelot de 2009 a créé des pôles regroupant des services, au détriment du management de proximité et de l'esprit d'équipe", dénonce-t-il. "C'est pour renouer avec une vision plus humaine que nous avons réintroduit les conseils de service, lieux d'échanges entre les professionnels".

Quelles mesures ont été prises pour éviter de nouveaux suicides d'infirmières et de médecins dans les hôpitaux ?, questionne L'Obs "Au-delà des premières actions mises en œuvre pour mieux détecter, mieux signaler et faire intervenir des personnes neutres quand un conflit se déclenche, nous avons encore beaucoup à faire", admet le directeur général de l'AP-HP. "Des propositions ont été transmises aux organisations syndicales et passeront dans nos instances d'ici à la fin de l'année", annonce-t-il.

A lire aussi dans la presse

 

 

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)