Hépatite C : le Sovaldi® baisse son prix

Le laboratoire américain Gilead consent à faire un effort. Le Sovaldi®, son médicament vedette contre l’hépatite C, ne sera plus vendu 56.000 euros la cure de trois mois, mais 41.000 euros, l’un des prix les plus bas d’Europe. Pour arriver à cet accord, écrit Le Pari­sien/Aujourd’hui (page 11), dix mois d’âpres négociations auront été nécessaires avec le Comité économique des produits de santé (CEPS).

Déjà prescrit à 14.000 patients grâce au régime spécial d’autorisation temporaire d’utilisation (ATU), ce médicament se révèle très efficace contre l’hépatite C qui touche 230.000 personnes en France, indique le quotidien. En trois mois de traitement, 90% des patients peuvent être guéris sans effets secondaires. La seule conséquence indésirable du produit est son coût pour l’assurance maladie.

Entre janvier et août 2014, la Sécurité sociale a versé 440 millions d’euros pour rembourser le Sovaldi®, comme l’indique La Croix (page 7). Le ministère était donc déterminé dans sa négociation avec Gilead pour obtenir une baisse de prix.

Même si le nouveau tarif reste encore très élevé, l’annonce de cette baisse est "une bonne nouvelle pour la Sécurité sociale, car la France ne restreint pas le nombre de bénéficiaires des médicaments, contrairement à d’autres pays européens, remarquent Les Echos (page 2). De plus, le Sovaldi® sera remboursé à 100%", avec une délivrance toutefois limitée aux pharmacies hospitalières.

En 2014, la facture pour la Sécu devrait a priori atteindre 800 millions, avance Le Figaro (page 23). Il faut dire, ajoute le quotidien, que le Sovaldi® n’est "très efficace que s’il est associé à un autre traitement, en particulier le Daklinza® de BMS ou l’Olysio® de Janssen. Et ces deux traitements valent près de 35.000 euros, ce qui porte la facture globale par patient à environ 90.000 euros".

Dans le cadre de cet accord, un contrat de « performance" a été instauré entre Gilead et les autorités de santé, prévient La Croix. Il prévoit que la firme verse "une remise si son médicament n’a pas permis de guérir le malade". Pour 2014, complètent Les Echos, il a également été prévu que le laboratoire rembourse "de manière rétroactive l’écart entre les deux prix officiels, soit 15.000 euros pour les traitements lancés cette année".

Mais "la vraie révolution vient d’un autre accord", poursuit Le Figaro. "Gilead et le gouvernement se sont entendus sur le prix d’un autre traitement très récent de l’hépatite C, le Harvoni®, encore plus révolutionnaire que le Sovaldi®. Il s’agit, en effet, d’une bithérapie intégrée, qui rend inutiles les traitements complémentaires associés au Sovaldi®." Il permet une guérison en deux mois pour un coût de 32 000 euros.

A lire aussi – Dispositifs médicaux : trop coûteux pour les usagers

Selon une étude présentée hier par l’Observatoire citoyen des restes à charge en santé, les dispositifs médicaux ont représenté en 2013 un volume de 13 milliards d’euros. Cet Observatoire, créé par le Collectif interassociatif sur la santé (Ciss), le magazine 60 Millions de consommateurs et la société Santéclair, estime que sur ce total, "5,7 milliards seulement ont été remboursés par l’assurance maladie", rapporte L’Humanité (page 8).

En d’autres termes, "ces produits et prestations utilisés pour compenser une maladie, blessure ou handicap (prothèses auditives, fauteuils roulants, lentilles de contact, appareils respiratoires, etc.)" ont représenté un reste à charge de 7,3 milliards d’euros pour les usagers après remboursement de la Sécurité sociale et de la complémentaire santé.

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)