croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Handicap : de nouveaux droits pour « redonner toute la citoyenneté » aux personnes atteintes

A l'occasion du second comité interministériel du handicap du quinquennat, réunissant tous les ministres à Matignon, Edouard Philippe a présenté dix mesures destinées à améliorer la vie des personnes en situation de handicap.

Extension du droit de vote ou de se marier à toutes les personnes en situation de handicap, instauration d'aides "à vie", accessibilité… le gouvernement a présenté le jeudi 25 octobre 2018 dix "nouvelles actions" pour "faciliter la vie"et "redonner toute la citoyenneté"aux dix millions de personnes vivant en France avec un handicap, résume Le Figaro.

Parmi ces mesures, les personnes handicapées sous tutelle auront un droit de vote inaliénable et pourront aussi se marier, se pacser et divorcer sans qu'un juge puisse les en priver. L'objectif est que "tout le monde puisse voter au plus tard aux prochaines élections municipales de 2020", a précisé Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées. A cette fin, l'article du Code électoral donnant la faculté au juge des tutelles de retirer le droit de vote aux majeurs sous tutelle sera abrogé.

L'idée, explique le Premier ministre, est de "permettre de déclarer une fois et une seule fois son handicap, pour éviter des démarches répétitives et complexes qui peuvent constituer des atteintes à la dignité", rapporte Le Figaro. Les personnes dont le handicap "n'est pas susceptible d'évoluer favorablement" pourront ainsi prétendre, dès 2019, à des droits "à vie" : l'allocation adulte handicapé (dont le montant mensuel passera à 860 euros pour une personne seule le 1er novembre), la reconnaissance de qualité de travailleur handicapé ou encore la carte mobilité inclusion.

Pour les jeunes, l'allocation d'éducation de l'enfant handicapé pourra être versée directement jusqu'à l'âge de 20 ans. Interrogé par La Croix sur l'accueil des élèves handicapés, Sophie Cluzel déclare : "Nous allons mettre tous les moyens dans l'école afin d'améliorer le statut et les perspectives de carrière des accompagnants d'élèves handicapés, mais aussi pour adapter les établissements. C'est cette école inclusive qu'il nous faut construire."

Certains droits, comme celui d'avoir un accompagnant scolaire, seront attribués par cycle scolaire et non plus par année. "Je pense que le handicap est le fer de lance du changement de société. Si on arrive à faire toute sa place à celui-ci, aux personnes les plus singulières, les plus différentes, les plus fragiles, ce sera bon pour tout le monde", affirme la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées.

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)