croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Généralisation de la complémentaire : une nouvelle étape

"La généralisation des complémentaires santé sera étendue aux retraités d’ici à 2017", a annoncé François Hollande au congrès de la Mutualité, à Nantes. Il s’agit donc, après l’extension de la complémentaire CMU et de l’aide à la complémentaire santé (ACS), d’un pas de plus vers l’objectif fixé par le chef de l’Etat lors du précédent congrès de la Mutualité, à Nice en 2012.

"Quand un salarié part à la retraite, il perd une partie de son salaire, doit s’acquitter de la partie financée par l’employeur, tout en faisant face à une hausse de sa prime globale", a expliqué le président de la République. Le coût du contrat pour le retraité "peut alors être multiplié par trois", a-t-il continué. Certains d’entre eux renoncent donc à la complémentaire santé. Pour empêcher ce phénomène, il faut apporter aux retraités "les mêmes garanties que quand ils étaient salariés, au même tarif".

Le Figaro, samedi 13 juin

 

"Le geste en faveur d'une meilleure couverture santé des retraités devrait satisfaire le milieu mutualiste. La pleine mise en œuvre des promesses de 2012 était en effet attendue avec "impatience" par les mutuelles, expliquait […] Etienne Caniard, le président de la Mutualité. "Depuis 2012, des chemins de traverse ont été empruntés", regrettait-il, reconnaissant attendre du chef de l'Etat vendredi qu'"il fixe des étapes" dans un certain nombre de dossiers.

Tout en haut de sa liste de vœux figure le souhait que soit mis en place une "vraie généralisation" de la complémentaire santé aux 3,3  millions de retraités, jeunes en difficulté d'insertion professionnelle ou chômeurs de longue durée qui n'en bénéficient pas. "C'est un chantier sur lequel il est urgent d'accélérer", juge-t-il".

Le Monde du week-end

 

Hier à Nantes, le président de la République "a demandé aux 2.000 représentants des mutuelles présents de se mobiliser "pour que la généralisation de la complémentaire santé puisse être effective pour les retraités d’ici 2017". On n’en est donc pas encore à une totale généralisation, mais François Hollande veut montrer un cap. En effet, pour des raisons financières, trois millions de Français sont encore privés de complémentaire, ce qui les pousse à renoncer deux fois plus souvent à des soins".

Le Parisien/Aujourd’hui, samedi 13 juin

 

"Une garantie dans l’accès aux soins"

Lors de son discours, hier, au congrès de la Mutualité Française, François Hollande a évoqué la généralisation du tiers payant. "C’est une garantie supplémentaire dans l’accès de tous à la santé. Comme toute réforme, elle est approuvée dans son principe, mais contestée dans ses modalités. Nous procéderons par étapes, en commençant par les plus modestes, les bénéficiaires de l’aide à la complémentaire santé dès juillet 2015. Il sera ensuite généralisé à la fin de l’année."

Ouest-France du samedi 13 juin

 

Comment réduire les restes à charge

Le président de la Mutualité Française était l’invité hier de France 3 Pays de la Loire. Parmi les thèmes évoqués : le reste à charge des patients. " Il est lié à deux facteurs : le prix et le remboursement. Ce que nous voulons éviter, c’est que le prix des lunettes augmente de façon continue et permanente, que les remboursements courent derrière et que le reste à charge demeure important, voire augmente.

C’est un phénomène que l’on connait bien dans l’optique mais aussi dans le dentaire. Vous avez tous fait l’expérience d’un professionnel qui vous demande le niveau de remboursement avant de fixer les prix. Ce que nous voulons c’est qu’il y ait le juste prix de l’équipement pour permettre un reste à charge nul pour le patient.

La solution : c’est de passer des accords entre les professionnels de santé, les fournisseurs de services, les fournisseurs d’équipement d’optique et les financeurs, que ce soit la Sécurité sociale ou les mutuelles."

France 3 Pays de la Loire, vendredi 12 juin

 

Engager la négociation

Etienne Caniard, président de la Mutualité Française. "Concernant les taux de remboursement, l’hypocrisie prend le pas sur la réalité, car les tarifs de la Sécurité sociale ne correspondent plus à la réalité du coût des soins remboursés. Il faut engager une négociation entre la Sécurité sociale, les complémentaires et les professionnels de santé. Faisons confiance aux acteurs et permettons aux mutuelles et aux médecins de passer des accords entre eux. C’est de cette façon que nous parviendrons à limiter les restes à charge des patients."

France Bleu Loire Océan, vendredi 12 juin

 

Proposer des réponses concrètes

Stéphane Junique, vice-président de la Mutualité Française. "L’innovation est dans l’ADN mutualiste. Notre objectif, c’est de proposer des réponses concrètes aux besoins des Français. Nous sommes très impliqués dans l’adaptation de la société au vieillissement. La Mutualité participe activement au développement de logements évolutifs, où l’utilisation des nouvelles technologies – robotique, domotique – permet de maintenir le plus longtemps possible les personnes dépendantes à domicile."

France Bleu Loire Océan, vendredi 12 juin

 

L’ESS, une économie de proximité

Roland Berthilier, secrétaire général de la Mutualité Française. "La loi a consacré l’économie sociale et solidaire (ESS), qui valorise des modèles d’entreprendre autrement. Les principes de l’ESS – un modèle collaboratif où chacun apporte sa contribution – seront renforcés par le nouveau Code de la Mutualité. L’ESS est une économie de proximité, où le dialogue est un élément essentiel pour répondre au plus juste aux besoins de nos citoyens."

France Bleu Loire Océan, vendredi 12 juin

 

Redonner du souffle aux entreprises mutualistes

Emmanuel Roux, directeur général de la Mutualité Française. "La réforme du Code de la Mutualité, annoncée jeudi par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, va permettre de redonner du souffle et du dynamisme à nos entreprises mutualistes. Nous souhaitons un modèle de complémentaire santé qui ne fasse pas de différences entre les populations et s’adresse à tous : actifs ou retraités, jeunes et précaires. Il faut encourager la solidarité et la mutualisation pour un accès aux soins de tous."

France Bleu Loire Océan, vendredi 12 juin

Jean-Michel Molins

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)