Généralisation de la complémentaire : le nouveau défi

"La généralisation des complémentaires santé en entreprise, qui sera achevée en janvier, produit "des effets de bord"." Marisol Touraine l’a reconnu hier au congrès de la Mutualité Française. "En focalisant les aides fiscales sur les contrats collectifs, on va faire rebondir les prix des contrats individuels. La ministre des Affaires sociales s’est donc engagée à relever le "défi" de la couverture des oubliés de la réforme, les jeunes, les retraités, les chômeurs, mais aussi les fonctionnaires ou les indépendants."

"Principal chantier : les retraités, qui ont plus de problèmes de santé que le reste de la population. […] L’une des solutions pourrait être d’abaisser le plafond de la prime pour les sexagénaires, par exemple à 100 ou 120% de la prime de salarié, puis de faire monter progressivement jusqu’à 150% à 80 ans. Ce serait une façon "de donner plus d’effectivité au droit au maintien du contrat", comme l’a évoqué Marisol Touraine. Le président de la République donnera probablement plus de détails ce vendredi lors de son discours au congrès de la Mutualité."

Les Echos, vendredi 12 juin.

 

L’appel aux mutuelles

Intervenant le jeudi 11 juin au 41e congrès de la Mutualité Française, qui se tient jusqu’à demain à Nantes, la ministre de la Santé et des Affaires sociales a évoqué la généralisation de la complémentaire santé. "Il est inenvisageable" que cette réforme "se fasse au détriment des populations qui resteront couvertes par des contrats individuels, c’est-à-dire les jeunes, les retraités, les chômeurs", a affirmé Marisol Touraine. La ministre a "donc appelé les mutuelles à réfléchir à des solutions. Attendu aujourd’hui, François Hollande ne devrait pas dire autre chose, l’Elysée planchant déjà sur le sujet."

Le Parisien/Aujourd’hui, vendredi 12 juin

La quadruple peine du retraité

Etienne Caniard était l’invité de l’économie, ce matin, sur Radio classique. Comment couvrir les jeunes, les chômeurs et les retraités ? "Jeunes en difficulté d’insertion, chômeurs de longue durée, retraités… de plus en plus de Français ont du mal à pouvoir cotiser à une mutuelle. Lorsqu’il part en retraite, le salarié est victime d’une quadruple peine : il perd le financement de son entreprise, perd l’aide fiscale attachée à sa participation et voit ses revenus diminuer, alors que les risques pour sa santé augmentent. Résultat : les retraités consacrent près de 10% de leurs revenus à l’acquisition d’une complémentaire santé. Ce qui conduit à un mauvais usage du système de soins : ceux qui ne sont pas couverts par une mutuelle, se rendent plus souvent à l’hôpital, ce qui revient cher à la collectivité."

Radio classique, vendredi 12 juin.

Des valeurs de solidarité et d’égalité

A Nantes, la ministre de la Santé a souligné "son engagement, son soutien"  au mouvement mutualiste tout en réaffirmant "le rôle primordial" de l’assurance maladie. Aux mutualistes, la ministre a lancé : " Nous partageons ensemble des valeurs de solidarité, d’égalité. La santé reste un bien commun que nous devons assumer et revendiquer." Marisol Touraine a également annoncé que " le gouvernement présenterait, en 2016, un projet de loi qui refondra le Code de la Mutualité".

Dans un autre registre, Marisol Touraine a déploré un vote des députés qui assouplit une des dispositions de la loi Evin portant sur la publicité pour l’alcool. "Je regrette que la loi Macron serve à détricoter la loi Evin. Il ne fallait pas y toucher", a déploré Marisol Touraine.

Ouest-France du vendredi 12 juin.

Tiers payant : l’engagement des complémentaires

Le président de la Mutualité Française était hier l’invité de France Info. Parmi les thèmes développés par Etienne Caniard : la généralisation du tiers payant. Les trois familles de complémentaires ont pris un "engagement précis sur le tiers payant. Il s’agit d’un serveur qui vérifie les droits en ligne, un dispositif qui ressemble beaucoup à la carte bleue. Il permettra de vérifier que les droits sont ouverts immédiatement. En pratique, la carte vitale vérifiera automatiquement l’ouverture des droits sans que le médecin ait la moindre manipulation à faire. De ce fait, la garantie de paiement existe et la garantie de délai aussi. Avec la simplicité de ce dispositif, nous répondons totalement aux exigences légitimes des médecins".

France Info le jeudi 11 juin

Instituer un système plus équitable

Pour Etienne Caniard, "il faut remettre à plat l’ensemble du dispositif pour le simplifier (8 voies d’accès aux complémentaires santé !). Nous devons éviter les situations de rupture, notamment au moment de la cessation d’activité salariée. Enfin, il faut instituer un système plus équitable, qui permette de répartit les aides en fonction des besoins. Ces aides doivent avoir des contreparties d’intérêt général, car aujourd’hui les contrats les plus aidés ne sont pas forcément les plus vertueux".

Radio classique, vendredi 12 juin.

La promesse du président Hollande

Trois ans après l’annonce de François Hollande sur la généralisation de la complémentaire santé, êtes-vous déçu ?, interroge Radio classique. Réponse d’Etienne Caniard : "La promesse courageuse du président de la République concernait l’accès de tous les Français à une mutuelle en 2017. Depuis 2012, beaucoup de progrès ont été accomplis. Mais si nous voulons maintenir le cap, il faut accélérer. […] Parallèlement à l’amélioration de la complémentaire dans le monde du travail, il y a de plus en plus de retraités qui renoncent à être couverts."

Radio classique, vendredi 12 juin.

Le congrès de la Mutualité dans les médias

Demain, pour la dernière journée du 41e congrès, Etienne Caniard sera l’invité de Mario L’hour dans l’émission "On n’arrête pas l’éco", de 9h15 à 10 heures, sur France Inter. Il débattra des enjeux de la loi santé en compagnie de Marisol Touraine, ministre de la Santé et des Affaire sociales, et Christian Saout, secrétaire général du Collectif interassociatif sur la santé (Ciss).

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)