croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Fusionner l’impôt sur le revenu et la CSG ?

L'Assemblée nationale doit examiner jeudi un amendement de Jean-Marc Ayrault, ancien Premier ministre et de nouveau député, visant à engager une réunification de l'impôt sur le revenu et de la CSG. Ce texte a été signé par 160 socialistes (députés et ministres), indique Le Journal du dimanche (page 8). L'objectif est de réduire la CSG des salariés modestes directement sur leur fiche de paie, "par imputation de la nouvelle prime d'activité (ex-RSA)", explique l'hebdomadaire. Il s'agit d'une "forme de rapprochement de la CSG avec l'impôt sur le revenu, qui sera prélevé à la source en 2018".

"Cet amendement correspond au souhait d'une majorité du groupe de poursuivre le chantier des réformes et de donner des signaux à la gauche sans compliquer la tâche de l'exécutif", explique Jean-Marc Ayrault dans le JDD. Le gouvernement avait initialement repoussé cette proposition co-rédigée par Pierre-Alain Muet, député socialiste du Rhône, doutant de son caractère constitutionnel. Pour sa part, la commission des Finances avait jugé que ce texte ne respectait pas l'obligation de neutralité pour les caisses de l'Etat. Mais l'ancien Premier ministre et le député socialiste ont modifié la rédaction de leur proposition.

Si toute la gauche se retrouvait sur cette mesure, cela serait un signal politique fort.

"Si toute la gauche se retrouvait sur cette mesure, cela serait un signal politique fort", estime Jean-Marc Ayrault. "Il n'y aura pas d'affrontement. Soit l'amendement est corrigé de certains inconvénients et il sera adopté, soit nous renverrons à la rédaction d'une mesure courant 2016", indique un proche du président de la République.

De son côté, Manuel Valls va recevoir son prédécesseur pour trouver un terrain d'entente. "Nous allons examiner avec beaucoup d'attention, y compris les risques constitutionnels, la proposition de Jean-Marc Ayrault et de Pierre-Alain Muet, qui a pour objectif de s'appliquer au 1er janvier 2017, donc nous avons un peu de temps devant nous pour en débattre", a déclaré le chef du gouvernement hier sur Europe 1-iTélé-Le Monde.

Tout en estimant que "l'idée d'un impôt citoyen est une belle idée", Manuel Valls a déclaré qu'il n'était "pas sûr que les Français lient automatiquement l'impôt et la citoyenneté", rapportent Les Echos (page 2). "Je souhaite que la gauche s'identifie pleinement à la maîtrise de la fiscalité et à la baisse de l'impôt", a-t-il ajouté, reconnaissant que "les Français, depuis plusieurs années, sont à cran vis-à-vis de l'impôt".

A lire aussi – Inventer la protection sociale qui va avec la révolution numérique

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, présente aujourd'hui les grandes lignes de son projet de loi sur les "nouvelles opportunités économiques", qui entend faire de la France une grande puissance numérique, rapporte Libération (pages 1 à 6). Le quotidien publie, à cette occasion, une interview de Nicolas Colin, cofondateur du fonds d'investissement The Family et auteur du livre "La richesse des nations, après la révolution numérique" (Terra Nova). Il s'agit, estime le journal, d'un "plaidoyer radical en faveur d'une nouvelle politique économique à l'air de l'"ubérisation"".

"Dans ce nouveau monde, dans lequel les entreprises vont bien plus souvent mourir qu'auparavant, une meilleure sécurisation des parcours professionnels est plus que légitime, elle est vitale, estime Nicolas Colin (page 4). Notre environnement de multiactivité, avec des changements d'emplois, et donc de domicile, bien plus fréquents, nécessite de mieux sécuriser les travailleurs, en particulier les nouveaux "contributeurs" indépendants."

"Ces changements peuvent parfois apparaître insurmontables, ajoute-t-il. Mais ils sont indispensables pour sortir de l'impasse actuelle : quitter un paradigme en extinction et rejoindre celui qui émerge chaque jour avec plus de force. Si nous ne nous adaptons pas, nous mourrons."

En bref

Social

– "Quand les étudiants "jouent au docteur" pour mieux le devenir." Le développement de la simulation pourrait s'accélérer dans les facultés de médecine, avec comme règle : "Jamais la première fois sur un patient". Le Figaro-santé page 11.

– "Des robots en blouse blanche." Aux Etats-Unis, un entrepreneur a inventé une machine capable de faire des prises de sang. Au Japon, le gouvernement cherche un moyen de remédier à la pénurie d'infirmières. Les robots vont-ils envahir les hôpitaux ? Le Journal du dimanche page 17.

Santé

– "Le projet d'interdire les cigarettes mentholées fait tousser l'Elysée." Lors de la présentation du projet de loi santé, la ministre de la Santé pourrait renoncer à interdire les cigarettes mentholées, une mesure prévue seulement en 2020 par Bruxelles. Le Figaro-économie page 23.

– "Presbytes : pensez aux lentilles." Les verres de contact sont maintenant adaptés pour corriger la presbytie. Le Parisien/Aujourd'hui page 12.

– "La toxine botulinique, star montante de la neurologie." Cette molécule, toxique à forte dose, est utilisée dans le traitement d'une cinquantaine de maladies. Le Figaro-santé page 12.

– "Un nouvel espoir contre une forme aiguë de leucémie." Des médecins britanniques ont obtenu une rémission spectaculaire chez une petite fille atteinte d'une leucémie très agressive. La Croix page 11.

– "La Sierra Leone s'apprête à chanter "Ebola bye bye"." L'OMS doit annoncer que le pays est libéré de ce virus qui a fait 4 000 morts, mais la prudence reste de mise. Le Monde de samedi page 8.

– "Après le cancer : pour le droit à un projet d'avenir."  La loi devrait bientôt reconnaître le droit à l'oubli pour les personnes qui ont eu un cancer. Pour Thierry Philip, président de l'institut Curie, c'est une victoire contre la "double peine", qui touche d'anciens malades. Les Echos page 12.

Economie

– "En difficulté sur le diabète, Sanofi se recentre." Le laboratoire français envisage des cessions et annonce des investissements dans la recherche sur le cancer. Le Monde Economie & éntreprise de samedi page 3 et Les Echos page 19.

– "Le pancréas artificiel de Defymed implanté sur l'homme dès 2016." La start-up strasbourgeoise vient de lever des fonds pour lui permettre de finaliser la fabrication de ce pancréas artificiel baptisé Mailpan. Les Echos page 28.

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)