Les Français moins attachés à leur modèle social ?

Le chômage reste une préoccupation majeure pour les Français, mais leur attachement au modèle social s'érode, selon une note de la Fondation Jean-Jaurès publiée sur le site de La Croix.

"Dans un contexte de réduction des dépenses publiques, l'intérêt pour la lutte contre le chômage ne signifie pas forcément une demande de statu quo dans ce domaine", note le quotidien catholique. "Cette étude inédite montre ainsi que si les Français soutiennent très fortement la prise en charge collective de la maladie et de la retraite, qui sont au cœur de notre système de Sécurité sociale depuis la Seconde Guerre mondiale, cette demande de protection a paradoxalement tendance à s’affaiblir face au chômage et à la pauvreté", souligne La Croix. "Ce qui se dessine en creux, c'est une vision de la protection contre la pauvreté passant exclusivement par un travail avec une rémunération décente", comme le montre le fort soutien au Smic, explique Sylvain Brouard, chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences-Po (Cevipof).

Le modèle Français a-t-il beaucoup évolué ?, interroge La Croix. "Nous sommes toujours dans un modèle qui cherche par une assurance publique à protéger des grands risques que sont la vieillesse, la santé, le chômage et la pauvreté", estime Jean-Olivier Hairault, professeur d'économie à Paris I. "Malgré cette stabilité, nous avons été contraints de nous adapter aux ondes de choc", comme la démographie, le chômage et la pauvreté, mais en l'absence d'une vraie réflexion sur l'architecture globale du système", regrette-t-il.

Quels changements faut-il attendre ? "La baisse du salariat et la précarisation du travail appellent des évolutions vers un système plus individualisé", prévoit Jean-Olivier Hairault. "Cela ne veut pas dire que notre modèle doit disparaître ou être privatisé, mais il doit aller vers davantage de prise en compte des besoins individuels en matière de formation professionnelle ou de santé. Tout le défi sera de trouver le moyen d'articuler cette individualisation avec la préservation d'un socle commun de solidarité", conclut-il.

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)