croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Les dentistes réclament une revalorisation des soins de base

De nouvelles négociations tarifaires s'ouvrent aujourd'hui entre l'assurance maladie, les complémentaires santé et les syndicats de chirurgiens-dentistes. Ces derniers plaident pour de nouvelles hausses de tarifs des soins conservateurs.

Aujourd'hui, l'assurance maladie, les organismes complémentaires et les syndicats de chirurgiens-dentistes se retrouvent à la table des négociations tarifaires, rappelle Le Figaro.

Malgré trois hausses de tarifs accordées aux dentistes depuis 2006 (coût pour la Sécurité sociale : 160 millions d'euros par an), ces derniers réclament une nouvelle augmentation des soins de base (détartrage, caries, extractions, dévitalisations…). Ces actes, précise le quotidien, représentent 30% de leur chiffre d'affaires.

"Le soin d'une carie est facturé actuellement entre 16,92 euros (une face) à 40,97 euros (trois faces et plus), tandis que l'extraction d'une dent est à 33,44 euros et la dévitalisation à 33,74 euros pour une canine ou une incisive et à 81,94 euros pour une molaire", énumère Le Figaro.

"Nous avons demandé à Nicolas Revel, directeur général de l'assurance maladie, un doublement, voire un triplement de ces tarifs, ce qui les placerait au niveau de ceux de nos voisins européens, indique Patrick Solera, président de la Fédération des syndicats dentaires libéraux (le premier syndicat de la profession). En contrepartie, les chirurgiens-dentistes se disent prêts à accepter un plafonnement, voire une baisse, des tarifs pour les soins prothétiques et orthodontiques, qui représentent 70% de leurs recettes. La ministre de la Santé ne saurait tolérer plus longtemps les dépassements d'honoraires des dentistes, très importants dans les soins prothétiques et orthodontiques." Dans la lettre de cadrage adressée à Nicolas Revel, elle réclame la diminution du "reste à charge pour les ménages en limitant les dépassements d'honoraires dès 2017".

Dans son rapport sur les finances de la Sécurité sociale, publié le 20 septembre 2016, la Cour des comptes a déploré "les comportements abusifs, parfois illicites (…) comme les dépassements sur des actes de soins conservateurs", et dénonce "les contrôles peu fréquents et les sanctions très rares", ainsi que l'état de santé bucco-dentaire "médiocre" de la population française.

Faute de mesures fortes adoptées dans la nouvelle convention avec les dentistes, présentées comme la dernière chance pour "enrayer les dérives", la Cour des comptes estime qu'il faudra reconsidérer l'organisation actuelle.

Dans une hypothèse à moyen terme, elle propose, parmi plusieurs scenarios, de réorganiser la répartition du financement entre l'assurance maladie et les organismes complémentaires.

A lire aussi

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)