Chômage : la polémique

En mars, le nombre de chômeurs a diminué de 29500, a annoncé hier le ministère de l'Emploi. Selon ce ministère, le nombre des demandeurs d'emploi a ainsi baissé le mois dernier de 1,4 %. "Officiellement, notre pays compte donc désormais 2036600 chômeurs et le taux de chômage, au sens du Bureau international du travail (BIT), est tombé à 8,3% ", indique Le Parisien/Aujourd'hui (page 9).

Pour Libération (page 17), "ces chiffres annoncés hier après-midi auraient dû être pour le gouvernement et le candidat de l'UMP une excellente nouvelle. Seul problème : ils sont faux, ou plutôt ils ne reflètent pas la réalité du chômage". Et ce quotidien d'indiquer que les experts du ministère de l'Emploi (Dares) ont fait grève pour contester la publication de ces "estimations peu fiables ", rapporte La Tribune (page 25). La contestation n'est pas nouvelle, rappelle Le Parisien/Aujourd'hui, puisque "depuis janvier dernier, le torchon brûle entre chargés d'études, chercheurs, statisticiens du ministère et leur direction ".

Le coeur du problème, avance La Tribune, est celui "des catégories de chômeurs prises en compte pour déterminer le taux de chômage ". Depuis maintenant douze ans, ne sont répertoriées dans le calcul du taux officiel des chômeurs que les personnes inscrites en "catégorie 1 " selon une définition établie par le BIT. Entrent dans cette catégorie les sans-emploi et les personnes "immédiatement disponibles et à la recherche d'un CDI à temps plein ", détaille La Tribune. "Du coup, les autres chômeurs, ces chômeurs invisibles, comme les nomme le collectif Autres chiffres du chômage (ACDC), n'apparaissent pas ", poursuit le quotidien économique.

Thème majeur de la campagne électorale, la lutte contre le chômage est exposée dans les programmes du candidat de l'UMP et dans celui du PS. Pour La Tribune, la proposition de Ségolène Royal de créer "500.000 emplois tremplins " est "le pendant des 350.000 emplois jeunes de Lionel Jospin ". Quant à Nicolas Sarkozy, il veut rassurer les entreprises. Par le recours à des heures supplémentaires défiscalisées et exonérées de cotisations patronales et salariales, ce candidat aspire à relancer l'emploi en "créant un contrat de travail unique […] dont l'éventuelle rupture serait simplifiée ". Pour La Tribune, c'est "du déjà-vu, là aussi, à peu de choses près ", notamment avec le contrat nouvelle embauche mis en place par le Premier ministre, Dominique de Villepin, en 2005.

A lire aussi – Opération chirurgicale sans cicatrice


L'opération réalisée début avril sur une patiente de 30 ans au CHU de Strasbourg fait figure de "première chirurgicale mondiale ", rapporte Le Monde (page 7). En effet, sans qu'aucune incision de la paroi abdominale ne soit pratiquée, l'équipe du Pr Jacques Marescaux a pu extraire la vésicule biliaire de la patiente. Pour parvenir à cette ablation sans cicatrices, ce chef du service de chirurgie digestive et endocrinienne a contourné le problème en accédant à la cavité abdominale par la voie transvaginale. Comme le signale Le Parisien/Aujourd'hui (page 14), les chirurgiens "ont utilisé un endoscope souple doté d'une caméra ".

Cette nouvelle chirurgie, qui ne nécessite aucune incision de la peau (sinon l'introduction d'une aiguille pour diffuser du gaz carbonique nécessaire à la dilatation de l'abdomen), porte le nom de "transluminale ". Adaptable à d'autres voies naturelles du corps comme la bouche, l'urètre, le rectum, ou encore l'estomac, cette technique pourrait concerner de multiples pathologies, signale Le Monde. Ainsi, les appendicites, les tumeurs au foie ou à d'autres viscères, les reflux gastro-oesophagien pourront être soignés sans laisser de traces.