croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Projet de loi de finances 2017 : budget optimiste du gouvernement

Le projet de loi de finances (PLF) pour 2017, présenté hier par le ministre de l'Economie, Michel Sapin, promet de ramener le déficit public sous la barre des 2,7% du PIB. Une perspective jugée trop optimiste.

Pour la dernière fois du quinquennat de François Hollande, le gouvernement a présenté hier, mercredi 28 septembre, son projet de loi de finances (PLF). Pour 2017, prévient Libération, les engagements européens de la France devraient être respectés. Tout au moins si les prévisions optimistes du gouvernement se confirment.

L'exécutif table sur un déficit public de - 2, 7% du PIB. Cet objectif permettrait de repasser sous la barre des 3% promis à Bruxelles, mais i paraît peu réalisable, à l'en croire le Haut Conseil des finances publiques (HCFP). Dans un avis publié hier, rapporte La Croix, cet organisme estime cette prévision "improbable". D'autant plus que l'hypothèse d'une croissance  à 1,5% l'an prochain semble optimiste. Sans parler des économies programmées (1,6 milliard d'euros prévues sur l'Unedic, cite, par exemple, Le Figaro, et des dépenses à venir, comme les recapitalisations des entreprises publiques du secteur énergétique.

Comme le détaille Le Monde, le PLF pour 2017 prévoit en particulier d'allouer 7 milliards d'euros de moyens supplémentaires aux secteurs prioritaires que sont l'éducation, la sécurité et l'emploi. Cela se traduira, entre autres, par la création de postes (11.712 dans l'Education nationale et l'Enseignement supérieur, 2.286 dans la police et la gendarmerie, 2.160 à la justice, etc.). Quant à l'emploi, il est prévu un déblocage de 2 milliards d'euros supplémentaires.

A l'inverse, certains ministères pâtiront de la réduction des dépenses. En 2017, 2.715 suppressions de postes sont ainsi prévues. C'est le cas au ministère de l'Economie et des Finances (1.540 postes)
Au final, écrit le quotidien, "l'objectif de dépenses de l'Etat pour 2017 est rehaussé de 5,7 milliards d'euros par rapport à ce qui était prévu dans le programme de stabilité transmis au printemps à la Commission européenne. Elles sont en progression de 3,4 milliards d'euros par rapport à la loi de finances 2016."

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)