croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Des arrêts maladie souvent dus à la souffrance au travail

Les médecins prescrivent-ils trop d'arrêts maladie ? Cette question que pose La Croix, dans un dossier consacré ce matin aux liens entre arrêt maladie et souffrance au travail, a été discutée récemment lors d'une réunion entre l'assurance maladie et les syndicats de médecins. En 2014, la Sécu a versé 9,3 milliards d'euros d'indemnités journalières.

Elle souhaite encadrer la délivrance de ces arrêts en incitant financièrement les médecins à mieux respecter certains référentiels de bonne pratique. Une volonté de "standardiser" nos prescriptions, se sont insurgés les syndicats.

Quelle est la part des abus dans la prescription des arrêts de travail ? Ils "existent bien, mais dans des proportions moindres qu'imaginées, estime le sociologue Denis Monneuse, dans un entretien dans La Croix. Quand l'assurance maladie fait des contrôles aléatoires, on est sur un pourcentage de 10% d'abus". A l'inverse, souligne-t-il, il existe aussi un phénomène de "surprésentisme" : "Chaque année, une personne sur deux ne s'arrête pas, alors que son état de santé le nécessiterait."

"Cela fait trente-cinq ans que je fais ce métier et je peux vous assurer que je vois les effets de la crise. La montée d'une très forte souffrance chez des gens qui ont peur de perdre leur emploi. Cela m'agace d'entendre dire que les médecins passent leur temps à donner des arrêts de travail à des tire-au-flanc qui vont au golf ou à la pêche. Ce n'est pas la réalité du terrain", s'insurge la Dre Catherine Jung, généraliste dans le quartier populaire du Neuhof, à Strasbourg.

Dans leur cabinet, les généralistes voient beaucoup de personnes qui refusent les arrêts de travail. "C'est quelque chose qu'on ne voyait pas il y a dix ou vingt ans. Des patients souffrant d'un vrai problème de santé, mais qui veulent continuer à travailler coûte que coûte, parce qu'ils ont peur d'être sanctionnés, mal vus ou virés", observe le Dr Christian Bianchi, exerçant dans le Gers. Le plus souvent, ces patients "au corps laminé par le boulot" se retrouvent en arrêt de longue durée.

Et puis, il y a ces patients qui vont travailler avec une "boule au ventre". Angoisse, peur, dévalorisation, culpabilité : "On voit de plus en plus de gens en dépression car ils sont harcelés psychologiquement sur leur lieu de travail. Des salariés qu'on veut pousser à la démission pour ne pas leur verser d'indemnités de licenciement", constate la Dre Muriel Goudier, généraliste en Seine-et-Marne.

A lire aussi dans la presse

Protection sociale

Santé

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)