croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Sondage TNS Sofres : la mauvaise image des maisons de retraite

Les maisons de retraite ont mauvaise presse. Selon un sondage réalisé par TNS Sofres, à la demande de la Fédération hospitalière de France (FHF), "39% seulement des personnes sondées conservent leur confiance aux établissements pour personnes âgées dépendantes". Il y a cinq ans, signale Le Parisien/Aujourd'hui (pages 2 et 3), elles étaient 53% à leur accorder leur confiance. "Que s'est-il passé pour que l'opinion bascule ainsi dans la défiance ?", s'interroge le quotidien.

Il y a certes l'impact défavorable sur l'opinion de certains reportages télés consacrés à la maltraitance en maison de retraite. Mais le coût et le manque de places sont les premiers arguments défavorables aux établissements. En effet, près de 97% des personnes interrogées leur reprochent de pratiquer des tarifs prohibitifs et 88% estiment qu'il n'y a pas suffisamment de places disponibles. De façon globale, 82% des sondés ne souhaitent pas y finir leurs jours.

Rien d'étonnant donc à ce que "l'âge de l'entrée en maison de retraite recule toujours davantage". Aujourd'hui, explique Le Parisien/Aujourd'hui, l'âge moyen avoisine les 85 ans et demi. Cet âge est généralement celui d'une forte dépendance, or peu d'établissements sont aptes à accueillir favorablement ces pensionnaires. Par conséquent, "vu ce que payent les familles – 2.220 euros en moyenne, beaucoup plus à Paris – elles sont en droit d'exiger le meilleur", avance Gérard Vincent, délégué général de la FHF.

Compte tenu de cette image des maisons de retraites, des solutions alternatives se développent. C'est le cas des résidences services. Locataire d'un appartement, la personne âgée peut louer les services dont elle a besoin, pour un coût variant entre 810 euros et 1.500 euros par mois. L'assistance à domicile se développe également. En 2009, 6.000 places supplémentaires ont été créées, notamment grâce à l'allocation personnalisée pour l'autonomie et aux crédits d'impôts. La toute dernière idée consiste à passer sa vieillesse en Tunisie ou au Maroc, poursuit Le Parisien/ Aujourd'hui. Dans ces deux pays "des hôtels médicalisés prêts à accueillir toute l'année des seniors un peu fatigués" ont été créés.

Les ménages de plus en plus endettés
L'année 2008 a été celle d'un triste record, celui de l'augmentation de l'endettement des Français. Selon un rapport de la Banque de France, le rapport entre la dette contractée par les Français et leur revenu disponible s'établissait fin 2008 à 74,4%, signalent Les Echos (page 2). Toutefois, prévient le quotidien, le flux net de leurs emprunts bancaires "est revenu à 65,3 milliards d'euros, après 87,6 milliards en 2007, en raison principalement de la réduction des flux de crédits à l'habitat".

D'après La Tribune (page 5), c'est "l'aggravation de la crise financière et le niveau de rémunération attractif de l'épargne réglementée" qui ont particulièrement orienté les placements financiers des Français. Ceux-ci ont donc privilégié en conséquence "les produits liquides et sans risque, comme les livrets d'épargne". Désormais, calcule Le Figaro (page 18), neuf mois de salaire sont indispensables à un ménage "pour rembourser la totalité de ses emprunts".

Frédéric Lavignette