croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Sodas et nutrition : danger !

Quand on sait qu'une canette de soda de 33 cl contient l'équivalent de sept à huit morceaux de sucre, on comprend les inquiétudes des professionnels de santé face à la consommation des Français pour ce genre de breuvages. En France, 60 litres de sodas et jus de fruits sont consommés chaque année par habitant ! Nos concitoyens sont néanmoins situés loin derrière les Allemands (130 litres par an) et les Américains (190 litres).

Selon le dernier baromètre nutrition de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes), les jeunes sont particulièrement amateurs de limonades, sodas et autres boissons aux fruits. En effet, 40% des 18-25 ans en ont consommé la veille de l'enquête, rappelle Le Monde (page 23). Pour Jacques Delarue, professeur de nutrition au CHU de Brest, "le problème n'est pas la consommation occasionnelle de ces boissons, c'est celui de la consommation chronique". En effet, leur responsabilité dans l'augmentation des risques de syndrome métabolique est établie, tout comme pour le diabète.

Pour les jus de fruits, explique le Dr Laurent Chevallier, nutritionniste, "les excès de consommation de fructose font monter le taux de triglycérides sanguins pour les personnes sensibles, contrairement aux fruits frais qui ont un faible taux de fructose et qui apportent de multiples vitamines". Ainsi, lorsque ce taux augmente, les risques cardio-vasculaires se multiplient.

Comme l'indique Le Monde, "une étude menée pendant un an dans des établissements scolaires de Grande-Bretagne a montré que la diminution de la consommation de boissons sucrées et de jus de fruits permettait de stabiliser la préva­lence de l'obésité chez les 7-10 ans, tandis qu'elle continuait à augmenter dans les écoles où rien n'était fait".

Rien d'étonnant donc à ce que les associations de parents d'élèves soient particulièrement vigilantes sur la qualité des repas de cantines. D'après La Tribune (page 7), "la FCPE et des associations de nutritionnistes ont demandé mi-avril une loi pour faire respecter l'équilibre nutritionnel des repas scolaires". Par un meilleur équilibre nutritionnel et une amélioration de la qualité des produits, on peut prémunir l'enfant de l'obésité et des maladies chroniques, affirme Nicole Darmon, chercheuse en nutrition à l'Inserm. Question breuvage, un seul est hautement recommandable, note Le Monde : l'eau. En effet, "le seul fait de remplacer les boissons sucrées par de l'eau permet de réduire significativement (235 calories) l'apport calorique".

Fonction publique : vers la création d'un nouveau groupe mutualiste
Selon Les Echos (page 26), la Mutuelle générale de l'Education nationale (MGEN), la Mutuelle nationale des hospitaliers et des professionnels de la santé et du social (MNH), la Mutuelle nationale territoriale (MNT), la Mutuelle générale de l'Equi­pement et des Territoires (MGET) et la Mutuelle des Affaires étrangères "veulent passer à la vitesse supérieure". Réunies actuellement au sein d'une union, baptisée Unités, ces mutuelles souhaitent, en effet, créer "un véritable groupe mutualiste, doté d'une direction et de moyens communs".

"Chacune des cinq mutuelles aurait validé le principe de travailler à la création d'une union mutualiste de groupe (UGM)", avance le quotidien économique. "Bref, d'aboutir à une ”union de fait” entre les membres de l'UGM, avec des liens de solidarité financière ”importants et durables” et la publication de comptes combinés", précisent Les Echos. Ce nouveau groupe pourrait être opérationnel en 2011. Il regroupera "plus de 6 millions de personnes protégées" et sera doté "d'un chiffre d'affaires de 2,9 milliards d'euros". Selon Les Echos, cette UGM "pourrait être élargie à d'autres mutuelles, issues ou non de la Fonction publique".
Frédéric Lavignette