Sida : tous concernés par le préservatif

Vingt-cinq ans après l'apparition du VIH, les autorités de santé souhaitent relancer la prévention et le dépistage, notamment chez les homosexuels. A l'occasion de la Journée mon­diale contre le sida, une campagne télévisée va être lancée ce 1er décembre pour rappeler "qu'on est tous, à un moment ou à un autre, concerné par le préservatif". Elle cible notamment les 35-50 ans qui ont perdu ce "réflexe".

Près de 18% des homosexuels qui fréquentent les lieux gays parisiens sont séropositifs, selon l'enquête Prévagay, réalisée par l'Institut national de veille sanitaire (InVs), rapporte Le Parisien/ Aujourd'hui en France (page 13). "Parmi les homosexuels qui fréquentent les bars et saunas parisiens, un sur trois indique avoir eu un rapport sans préservatif au cours des douze derniers mois", constate Anne Velter, sociodémographe, responsable de l'enquête.

Selon le bilan 2008 de l'InVs, 48% des 6.940 personnes nouvellement contaminées par le VIH sont des homosexuels. Pourquoi, en dépit des campagnes de prévention, le réflexe préservatif n'est-il pas définitivement rentré dans les mœurs ? "Le sida ne fait probablement plus peur, observe Anne Velter. Or, même si la qualité de vie des séropositifs s'est améliorée, même si leur espérance de vie est plus longue, on meurt toujours du sida."

« Où en est le vaccin ?", interroge le quotidien La Croix (page 2). Il n'a pas encore été découvert, mais on s'en rapproche. Le vaste essai thérapeutique, mené de 2003 à 2006, auprès de 16 000 Thailandais par des chercheurs américains, en liaison avec Sanofi, a donné des premiers résultats encourageants. "Dans cet essai, deux vaccins ont été utilisés et ont permis de protéger 30% des personnes vaccinées", précise, dans La Croix, le Pr Yves Lévy, directeur scientifique de l'Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS).

Concernant le financement de la recherche sur le sida, le directeur de l'ANRS, Jean-François Delfraissy, se dit serein pour 2010, mais "plus inquiet pour 2011-2012", dans L'Humanité (page 3). Dans la même page, le quotidien traite du rapport annuel de l'Onusida, qui se réjouit de la baisse du nombre de nouvelles contaminations dans le monde : - 17% depuis 2001. En revanche, le nombre de personnes vivant avec le sida n'a cessé d'augmenter, pour atteindre 33,4 millions, fin 2008. Mais cette hausse n'est pas qu'une mauvaise nouvelle, elle montre aussi l'accroissement de l'espérance de vie des malades dans les pays en développement, du moins ceux qui bénéficient des traitements antirétroviraux. C'est notamment le cas à Goma, en République démocratique du Congo, où Le Monde (page 4) a effectué un intéressant reportage.

L'UNPMF doit renforcer ses fonds propres
Renforcer ses fonds propres et revoir son modèle économique, tels sont les deux objectifs prioritaires de l'Union nationale de prévoyance de la Mutualité Française (UNPMF), qui, selon La Tribune (page 18), "traverse une crise de croissance".

Pour renforcer sa capacité finan­cière, l'UNPMF aurait donc choisi d'émettre un emprunt subordonné de 100 millions d'euros. Selon La Tribune, "les mutuelles adhérentes se seraient déjà engagées à en souscrire la moitié, l'autre moitié étant destinée à des investisseurs institutionnels extérieurs".

Seconde mesure : établir le socle d'un nouveau modèle économique. ll s'agirait pour les principales mutuelles adhérentes de créer une société anonyme "qui aurait l'avantage d'être une entité unique plus simple et compréhensible lors de la ré­ponse à des appels d'offres de contrats collectifs", indique La Tribune. "Une annonce pourrait être faite début 2010 avant la soumission de ce projet à l'assemblée générale en juin", conclut le quotidien.

Le DMP nouveau est arrivé
"On efface tout et on recommence", ironise Le Figaro-économie (page 23) à propos des derniers avatars du dossier médical personnel (DMP). Une nou­velle structure, l'Agence des systèmes d'information partagés de santé (Asip santé), est chargée de relancer le chantier. Elle regroupe le ministère de la Santé, l'assurance maladie et, c'est nouveau, la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie. L'Asip santé mène actuellement un appel d'offres pour sélectionner un seul futur "hébergeur" des dossiers électroniques, qui sera choisi en mars 2010.
Sabine Dreyfus et John Sutton