croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Retraites : vers une hausse des cotisations ?

Après avoir rencontré hier les responsables de la CFDT, de la CGT, de la CFTC, de la CGPME et du Medef, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a aujourd'hui rendez-vous avec FO, l'Unsa, la FSU, Solidaires et l'UPA. Au menu de ces consultations bilatérales : la réforme des retraites. Tous les quotidiens nationaux font le point ce matin sur ces discussions. Ils tracent également les contours des changements qui pourraient figurer dans le projet de loi qui sera remis avant le 5 septembre au Conseil d'Etat.

Proposition inattendue : à la surprise du nouveau responsable du Medef, Pierre Gattaz, le Premier ministre "s'est engagé à réduire à nouveau le coût du travail pour les entreprises, et peut-être dès 2014", rapportent Les Echos (page 3). "L'exécutif envisage en effet d'inclure des mesures dans les lois de financement pour 2014, présentées en Conseil des ministres le mois prochain et votées avant la fin de l'année", précise Vincent Collen.

Quel en serait le mécanisme ? Le patronat pourrait moins cotiser pour la branche famille (34 milliards d'euros à la charge des employeurs), précise Le Parisien (page 8), en échange d'une hausse de la cotisation vieillesse. Cette hausse serait destinée à financer le ré­gime général des retraites, pour lequel "il reste 7 milliards à trouver avant 2020", ajoute ce quotidien.

Une autre solution était jusqu'à maintenant privilégiée : la hausse de la CSG, détaillent Les Echos, qui passent au crible "les avantages et les inconvénients" respectifs des hausses de cotisations patronales ou de la CSG. Ainsi, indique le quotidien économique, l'augmentation de la CSG "pèserait plus lourdement sur le pouvoir d'achat des actifs et des retraités". "Un impact d'autant plus fort que le gouvernement envisageait un temps d'augmenter les recettes de CSG non seulement pour financer les retraites, mais aussi pour combler le déficit de l'assurance maladie", ajoute-t-il.

La CSG repose sur "les revenus d'activité, les retraites, les allocations chômages et les revenus du capital", rappellent Les Echos, tandis que les cotisations retraite "reposent uniquement, par définition, sur le travail, puisqu'elles sont prélevées sur les salaires".
"Aucun syndicat ne veut d'une hausse de la CSG, assure Le Figaro économie (page 22). Tous plaident pour relever les cotisations vieillesse."

Le Premier ministre "a tenu à nous faire connaître qu'il n'y aurait pas de modifications des règles fondamentales de notre système de retraite d'ici à 2020. Ni baisse ni gel des pensions prévu d'ici là", s'est réjoui le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, à l'issue de son entretien avec Jean-Marc Ayrault, rapporte L'Humanité (page 2). Autre motif de satisfaction relevé par ce quotidien : "Les années d'apprentissage et d'alternance pourraient être à l'avenir prises en compte dans la durée de cotisation."

La Croix (page 8), pour sa part, note que cette réforme est l'occasion de remettre à plat les avantages familiaux prévus "pour compenser, une fois l'heure de la retraite venue, la réduction d'activité liée à la maternité et à l'éducation des enfants". "Une somme fixe, comprise entre 70 et 100 euros par enfant, pourrait ainsi être allouée aux seules femmes dès le premier enfant", avance le quotidien catholique, s'appuyant sur les propositions du rapport Moreau, qui a servi à préparer cette réforme.

Palmarès des hôpitaux et des cliniques
Le Point (pages 86 à 142) a publié le 22 août son classement des hôpitaux et des cliniques. Ce dossier est annoncé en "une" sous le titre "Le palmarès 2013. 1 200 établissements au banc d'essai. Les meilleurs ville par ville pour 63 spécialités". Pour réaliser cette édition, "522 établissements publics ou privés à but non lucratif participant au service public hospitalier" et "574 établissements à but privé commercial" ont été contactés. Le classement est effectué à partir des questionnaires retournés par 300 hôpitaux et 361 cliniques.

L'analyse de ces réponses place le centre hospitalier universitaire (CHU) de Lille (Nord) en première place, sur 50 établissements hospitaliers, parmi ceux qui fournissent "un service complet aux patients dans les disciplines médicales et chirurgicales", indique l'hebdomadaire.

Deux établissements mutualistes, l'Institut mutualiste Montsouris (IMM), à Paris, et la clinique mutualiste de Saint-Etienne (Loire), figurent respectivement en 40e et 46e positions de ce classement général. Au total, quatorze établissements mutualistes apparaissent dans ce palmarès. Mentionné pour dix-sept spécialités, l'Institut mutualiste Montsouris figure en première position pour le cancer de la prostate. La clinique mutualiste de Saint-Etienne, dans la Loire, qui apparaît dans les tableaux pour treize spécialités, est, pour sa part, en tête pour la traumatologie du genou. A noter également, la première place de la clinique de la Sagesse, à Rennes (Ille-et-Vilaine) pour les amygdales et végétations.
Milène Leroy