croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Retraite à 60 ans : Hollande précise sa position

S'il est élu à l'Elysée en mai 2012, le candidat socialiste ne ré­tablira pas l'âge légal de la retraite à 60 ans pour tous, soulignent Les Echos (page 6). Seuls ceux qui auront cotisé 41,5 ans (166 trimestres) "pourront partir à 60 ans. Ceux qui n'ont pas leur durée de cotisation ne le pourront pas", a-t-il expliqué hier sur RTL. "François Hollande bat en retraite", ironise de son côté Libération (page 10). Le quotidien estime que le candidat à l'élection présidentielle "ne devrait pas revenir à l'âge légal à 60 ans, qui donne la liberté à chacun de partir à cet âge (au prix d'une décote s'ils n'ont pas leur durée de cotisation)".

"Cette annonce montre un net revirement du PS, puisque le projet socialiste prévoyait noir sur blanc un rétablissement de l'âge légal à 60 ans, commente Libération. Pour autant elle ne constitue pas vraiment une surprise, car depuis plusieurs mois, François Hollande avait beaucoup louvoyé sur cette promesse."

"On ne revient pas au statu quo ante", confirme, dans Les Echos, Marisol Touraine, conseillère du candidat sur les questions sociales. Selon cette députée, la mesure coûterait "entre 1 et 2 milliards d'euros". "Cette modification de la réforme, ce sont 8 milliards d'euros supplémentaires en 2018, donc c'est juste impossible", a répliqué le Premier ministre.

Le PS souhaite prendre cette mesure symbolique dès son arrivée au pouvoir, indique Marisol Touraine. "Après, il y aura une négociation", a annoncé François Hollande, car il faudra "de toute façon" revenir sur la réforme des retraites de Nicolas Sarkozy (Les Echos). Cette négociation avec les partenaires sociaux pourrait s'ouvrir à l'été 2012.

Les syndicats n'ont pas tardé à réagir aux propositions du candidat socialiste en matière de retraite. "Avec la déclaration de Hollande, les choses ont au moins le mérite d'être claires", commente Eric Aubain, le "monsieur retraites" de la CGT. Dans Libération, il exprime un désaccord total : "François Hollande doit prendre en compte le fait qu'on a mobilisé des millions de personnes sur cette question et à l'époque, lui-même disait qu'il ne fallait pas reporter l'âge légal." En revanche, le candidat semble proche des positions de la CFDT. Son secrétaire général, François Chérèque, a affirmé récemment que l'âge légal n'était pas la question essentielle, préférant tabler sur la durée de cotisation, rappelle Libération.

Lille : réunion régionale
Etienne Caniard participera ce soir à 18 heures, à Lille-Grand Palais, à une conférence-débat sur le thème : "Mieux organiser l'offre de soins pour lutter contre les inégalités de santé". Cette rencontre s'inscrit dans le cadre des réunions régionales organisées par la Mutualité Française pour alimenter le débat sur la santé dans la perspective des élections de 2012. Le quotidien régional Nord-Eclair (page 4) publie aujourd'hui une interview du président de la Mutualité Française, dans la­quelle celui-ci regrette que la santé soit "quasi absente des débats politiques et publics". Il observe que "malgré l'intérêt des Français", "le sujet est difficile à aborder et la réforme dans ce domaine est compliquée à mener". "On ne peut pas tolérer que dans une société développée comme la nôtre, certains n'aient pas accès à une mutuelle, parce qu'ils n'en ont pas les moyens", dénonce Etienne Caniard, dans Nord-Eclair. Conséquence de cette restriction de l'accès aux soins, souligne le président de la Mutualité, les assurés sociaux se tournent de plus en plus souvent vers les services d'urgence des hôpitaux "et le coût est encore plus élevé pour la collectivité".

Cette sixième réunion régionale menée par la Mutualité Française se déroule alors que l'intersyndicale (CFDT, CGT FO, FSU, Solidaires et Unsa) a appelé à une journée de mobilisation ce 13 décembre, contre les plans d'austérité décidés par le gouvernement. Des rassemblements sont prévus aujourd'hui contre les mesures annoncées, parmi lesquelles la hausse de la taxe sur les conventions d'assurance (TCA) sur les contrats de complémentaire santé solidaires et responsables.

"A Paris, les salariés occuperont le pont de la Concorde, face à l'Assemblée nationale. En province, des rassemblements sont prévus devant des préfectures (Marseille), des conseils généraux (Lyon) et des centres de Sécurité so­ciale (Lille)", annoncent Les Echos (page 6). Les mutualistes sont invités à profiter de ces rassemblements pour faire signer la pétition de la Mutualité contre la taxe sur la santé.
Sabine Dreyfus et John Sutton