croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Réforme des retraites : le rapport de force s’intensifie

L'inverse est aussi vrai, mais Libération (pages 2 à 7) a préféré titrer : "La grève se durcit, Sarkozy aussi". Dans le conflit qui op­pose la rue à l'exécutif au sujet de la réforme des retraites, chacun dans son camp se refuse à lâcher du lest.

Pressé d'en finir "quitte à passer en force", raconte le quotidien, le gouvernement a en effet demandé au Sénat un "vote unique" sur une partie des articles additionnels au projet de loi. L'objectif vise à parvenir à un vote avant le week-end. Hier après-midi, il restait encore 243 amendements à examiner, signale Le Parisien/Aujourd'hui (page 6).

Cette demande d'accélération du rythme est fortement dénoncée par l'opposition. Ce "second coup de force après celui de l'Assemblée", estime L'Humanité (pages 2 à 4), est avant tout politique. Il vise à "signifier à l'opinion et aux organisations syndicales (...) la détermination de l'Elysée". Mais, ajoute le journal, il n'est "pas sûr que cet acte d'autoritarisme ne se retourne pas finalement contre un gouvernement qui perd, en fragilisant la démocratie parlementaire, de plus en plus de légitimité".

De leur côté, les syndicats ont décidé de programmer "non pas une mais deux nouvelles journées de mobilisation contre le projet de loi gouvernemental : jeudi prochain, 28 octobre, et le 6 novembre", prévient Le Figaro (pages 3 à 5). Selon le communiqué de l'intersyndicale, ces journées "confirment que la mobilisation est ancrée dans la durée à un haut niveau".

Ainsi, "vacances de la Toussaint ou pas, les organisations syndicales ont décidé de pousser au maximum leur avantage dans le mouvement de la contestation", note La Tribune (page 6). D'ailleurs, ajoutent Les Echos (pages 4 et 5), elles se sentent "poussées par leur base, ragaillardies par l'implication des jeunes et grisées par l'ampleur constante des cortèges". Certaines, ajoute le quotidien économique, "se prennent à croire en leurs chances réelles de faire plier l'Elysée".

Cancer : une découverte prometteuse ?
La découverte d'une molécule commune à onze cancers relance l'espoir de "mieux dépister ou traiter les tumeurs". Comme l'évoque Le Parisien/Aujour­d'hui (pages 2 et 3), une équipe de chercheurs français de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) vient de révéler "l'existence d'un marqueur biologique" sur une dizaine de tumeurs.

Grâce à cette étiquette commune, baptisée par les scientifiques "récepteur de FSH", les tumeurs pourraient être identifiées plus tôt et plus facilement, raconte le journal. De la sorte, des traitements seraient proposés aux patients dès l'identification de la maladie. Une façon de réduire peut-être les 147.200 décès occasionnés annuellement par le cancer en France.
Frédéric Lavignette