croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Médicaments : « Ne vous mélangez pas les pipettes ! »

Face à l'accumulation des pipettes et autres cuillères-mesure dans l'armoire à pharmacie, administrer des médicaments aux enfants peut s'apparenter à un exercice risqué.

Consciente des risques liés aux erreurs de dosage de ces produits, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) lance une campagne de prévention sur le thème "Ne vous mélangez pas les pipettes !", en particulier sous la forme d'affichettes apposées dans les cabinets médicaux et les pharmacies, annonce Le Figaro-santé (page 11).

L'ANSM rappelle quelques règles de sécurité : ne jamais utiliser pour un médicament un dispositif d'administration prévu pour un autre, toujours lire la no­tice et, en cas de doute, ne pas hésiter à demander conseil à son pharmacien ou à son médecin. Ces derniers sont d'ailleurs invités à vérifier que le mode d'administration a bien été compris par le patient et, le cas échéant, à lui montrer en détail comment il convient d'administrer le produit.

Entre 2005 et 2012, l'Agence de sécurité du médicament a recensé 109 rapports d'erreurs d'administration de produits buvables. La plupart concernent des enfants de 2 à 11 ans pour des médicaments donnés à domicile, rapporte Le Figaro, qui précise que plus d'un tiers de ces erreurs de dosage ont entraîné un effet indésirable, grave dans la moitié des cas. Au-delà de cette campagne, "une réflexion est engagée avec les laboratoires pharmaceutiques pour sécuriser les dispositifs (pipettes, compte-gouttes, cuillères-mesure…) fournis avec les médicaments", note le quotidien.

"Les signalements d'erreurs d'administration avaient déjà donné lieu, à notre de­mande, à des mesures correctives par les laboratoires", rappelle l'ANSM dans les colonnes du quotidien. Celles-ci demeurent toutefois des mesures ponctuelles, engagées au fil des erreurs signalées. L'agence propo­sera prochainement des recommandations à destination de l'industrie pharmaceutique.

L' "effet cocktail" sous la loupe des toxicologues
Un colloque, intitulé "Exposition aux mélanges de substances chimiques : quels défis pour la recherche et l'évaluation des risques ?", est organisé par l'Agence nationale de sécurité sanitaire, de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), demain et après-demain à Paris, annoncent Les Echos (page 13). Un "effet cocktail" se produit lorsqu'une substance chimique, que l'on croyait sans danger pour l'homme à faible dose, devient nocive à cette même dose quand elle est mélangée à une autre. Sa toxi­cité s'en trouve "potentialisée" par l'action du second agent chimique, explique le quotidien.

Cette découverte récente mobilise les chercheurs internationaux. En juin dernier, une équipe toulousaine de l'Institut national pour la recherche agronomique (Inra) a ainsi "mesuré la génotoxicité (capacité à endommager l'ADN) de sept cocktails de pesticides, choisis parmi ceux auxquels nous sommes le plus fréquemment exposés via notre alimentation". "L'équipe qui a réalisé ces travaux pré­cise que six des vingt-cinq substances testées dans des cocktails ont été retirées du marché depuis le début de l'étude. Ce qui peut tout autant inquiéter que rassurer…", commentent Les Echos (page 13).

"L'approche traditionnelle en toxi­cologie, à la base de toutes les réglementations existantes, est aujourd'hui obsolète. Nous devons changer de para­digme", estime le toxicologue André Cicolella, fondateur du Réseau environnement santé (RES), et auteur de Toxique planète (Seuil).

John Sutton