croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Le « Livre noir des hôpitaux »

Les accidents survenus dans les hôpitaux à la fin 2008 "ne sont que l'écume des dysfonctionnements" de notre système de soins. C'est le constat qui se dégage de l'Enquête nationale sur les événements indésirables liés aux soins (Eneis) et dont rendent compte, entre autres sujets inquiétants, les auteurs du "Livre noir des hôpitaux" aux éditions Calmann-Lévy.

Les auteurs de cet ouvrage sont tous trois journalistes au Point. Philippe Houdart, François Malye et Jérôme Vincent ont voulu montrer l'envers du décor de l'hôpital. "On y côtoie des médecins mercenaires, employés pour boucher les trous alors qu'ils n'ont parfois pas les qualifications requises. On y rencontre aussi, des chirurgiens alcooliques, dépressifs ou drogués, des infirmières démoralisées et des gestionnaires qui se prennent parfois pour des traders", note Le Point (pages 67 à 73).

Tout aussi inquiétant est une mauvaise organisation des soins, observe l'hebdomadaire. Ainsi, il se produit chaque jour près de 400 "événements indésirables graves", relèvent les auteurs. Dans les faits, ce sont "entre 350.000 et 460.000 événements indésirables graves qui se produisent durant l'hospitalisation chaque année en France, dont 120.000 à 190.000 pourraient être évités. Soit entre 320 et 520 incidents évitables chaque jour".

La majorité de ces événements (48,9%) se produisent en chirurgie, secteur où "la prise de risques est la plus importante". Les erreurs de diagnostic ou de mauvaises manipulations pendant l'intervention en sont les principales causes. Viennent ensuite les prescriptions inadaptées de produits de santé, notamment de médicaments : elles seraient responsables de 26,7% des décès à l'hôpital.

L'accident médical peut également survenir lors d'un usage inadapté du matériel. A ce titre, rapporte Le Point, "la France décroche une place de champion du monde", celle du "plus important accident de radiothérapie jamais survenu au niveau international". On s'en souvient : il s'est produit entre 1987 et 2006 au centre hospitalier Jean-Monnet d'Epinal, où 5.500 patients ont été surirradiés durant leur traitement contre le cancer.

Près de 80.000 chômeurs de plus en février
Selon les chiffres publiés hier par le ministère du Travail, 79 900 chômeurs supplémentaires ont été recensés en février, annoncent Les Echos (page 4). "C'est un peu moins pire que le mois précédent, encore que...", ajoute le quotidien. En effet, en janvier, la progression des demandeurs d'emplois a été de 100.400, créant ainsi un "record historique". Désormais, souligne Le Parisien/Aujourd'hui (page 9), 3,4 millions de demandeurs d'emploi sont référencés au Pôle emploi un nombre qui inclut aussi "celles et ceux qui exercent une activité réduite".

D'après Le Figaro (page 18), si la nouvelle structure d'aide aux chômeurs a enregistré +8,6% de nouvelles entrées, c'est "notamment à cause de l'explosion des inscriptions après un licenciement économique : +31,4%". Dans le détail, poursuit La Tribune (page 6), le nombre des inscriptions des jeunes hommes croît nettement plus que celui des jeunes femmes. Il connaît "une hausse de 45,7% sur un an pour les premiers, contre 19,1% pour les secondes".

Pour les moins de 25 ans, la situation risque d'empirer, ajoute Le Figaro. "On peut considérer qu'il y aura entre 150.000 et 250.000 jeunes au chômage de plus cette année", estime le haut-commissariat à la Jeunesse.

Frédéric Lavignette