croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Internet : le supermarché du cannabis

A l’heure où la ministre de la Santé autorise la publicité pour l’alcool sur Internet (Le Monde, page 10), Le Parisien/Aujourd’hui (pages 12 et 13), s’intéresse au cannabis vendu librement sur la Toile. "Internet est-il en train de devenir un dealer légal ?", interroge le quotidien, qui constate que de plus en plus de consommateurs de drogues douces s’approvisionnent directement ou achètent des graines de cannabis sur le Web.

"Il existe effectivement un vide juridique", reconnaît Etienne Apaire, président de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt). "On n’interdit pas l’achat des graines, car 21 variétés [de cannabis] ont un intérêt dans l’agriculture et l’industrie", explique-t-il. Etienne Apaire souhaite modifier la législation actuelle dans le cadre du plan gouvernemental contre les drogues et la toxicomanie 2008-2011. Par ailleurs, Le Parisien/Aujourd’hui rappelle l’existence de stages payants d’information sur les drogues douces (250 euros), imposés aux consommateurs interpellés pour la deuxième fois en possession de cannabis.

Nicolas Sarkozy sur le front de l’emploi
Après le sauvetage des banques et le financement des petites et moyennes entreprises (PME), le chef de l’Etat a lancé hier à Rethel (Ardennes) la troisième étape de son plan "anticrise" : la mobilisation pour l’emploi. "Face à la crise, l’Etat crée 100 000 emplois aidés supplémentaires", titre la "une" du Figaro. Ces contrats, destinés aux personnes inactives les plus démunies, pourraient ainsi atteindre le nombre de 330 000 en 2009. Une mesure évaluée entre 150 et 200 millions d’euros par l’Elysée. Opposé jusqu’à maintenant aux emplois subventionnés, Nicolas Sarkozy justifie sa décision par son "pragmatisme", alors qu’une nouvelle flambée du chômage menace et que le moral des Français s’effondre.

Le président mise aussi sur l’extension du contrat de transition professionnelle (CTP) aux bassins d’emplois "les plus touchés" par les difficultés économiques, indique Le Figaro-économie (page 18). Il a plaidé une nouvelle fois pour le travail dominical, demandant aux parlementaires d’examiner "maintenant" et "sans tabous", une proposition de loi déjà prête sur le sujet, rapportent Les Echos (page 4). Le chef de l’Etat entend aussi encourager les emplois de service à domicile.

"Sarkozy veut faciliter le recours aux CDD", titre La Tribune (page 5). "Si en période de croissance, un CDD en plus, c’est un CDI en moins, à l’inverse, en phase de ralentissement, un CDD en plus, c’est un chômeur en moins", affirme en effet le président de la République. Enfin, Nicolas Sarkozy exige des partenaires sociaux "des décisions ambitieuses avant la fin de l’année" sur les négociations sociales en cours, notamment sur les fondements d’une "sécurité sociale professionnelle", souligne Le Figaro-économie.

Du côté des réactions, le supplément économique du Figaro observe que "les syndicats restent sur leur faim". Ce que Libération traduit en première page par un titre moqueur : "Plan-plan contre le chômage". L’Humanité dénonce les annonces du chef de l’Etat et parle d’un "plan à contre-emploi" qui "est en décalage total avec les urgences sociales" (pages 2 et 3).

Pour Bernard Thibault (CGT), les mesures annoncées ne sont "absolument pas à la hauteur de la crise". Même analyse de la CFDT. La confédération de François Chérèque regrette l’absence de "chiffrage" et estime ne pas avoir besoin d’une réunion avec le gouvernement pour se faire rappeler les enjeux des négociations. Force ouvrière déplore pour sa part l’absence de "plan de relance de l’économie". Seule réaction enthousiaste, celle du Medef, qui salue la volonté de Nicolas Sarkozy de "lever les tabous", en particulier à propos du travail le dimanche et de l’utilisation de CDD pour "stimuler l’économie".

John Sutton