croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

HPST : compromis en vue avec les médecins

"Pari gagné" pour les blouses blanches, estime Libération (page 12). Les manifestants "étaient très nombreux : 15.000 au moins", selon Eric Favereau, qui n’avait "jamais vu autant de médecins hospitaliers, des grands noms comme le tout-venant des praticiens, mais aussi des internes, des infirmières, des aides-soignantes dans les rues de Paris". Selon le ministère de la Santé, le taux de grévistes était hier de 50% chez les médecins des hôpitaux de Paris et de moins de 10% en province, note Le Figaro (page 4). Chez les personnels non médicaux, ce taux atteignait près de 10% dans la capitale et 2,5% au niveau national.

L’hôpital "crée des emplois" et le projet de loi "renforce" le "pouvoir médical", a martelé hier la ministre de la Santé à l’Assemblée nationale, au cours des questions au gouvernement. "C’est la communauté médicale qui prépare le projet stratégique de l’établissement (...). Le directeur arrête le projet et ne peut mettre en oeuvre qu’un projet élaboré par la communauté médicale, a expliqué aux députés Roselyne Bachelot. Le pouvoir médical est donc éclairé, renforcé, sanctuarisé."

Les responsables de la majorité au Sénat se sont réunis hier après-midi à Matignon, afin d’examiner d’éventuelles modifications à apporter au projet de loi "Hôpital, patients, santé et territoires" (HPST). La ministre de la Santé s’est refusée à tout commentaire à la sortie de cette réunion. "Nous avons trouvé un terrain d’entente que j’exposerai aux commissaires" de la commission des Affaires sociales, qui se réunit mercredi à 9h30, a déclaré le rapporteur du texte, Alain Milon (UMP). Les spéculations vont bon train dans la presse ce matin sur les contours de ce "terrain d’entente".

"Le gouvernement et l’UMP trouvent un compromis sur la réforme de l’hôpital", affirme le titre de "une" du Figaro. Mais en page 4, ce quotidien est beaucoup plus prudent et annonce seulement : "Un compromis en vue". Ce qui semble se dessiner, c’est que les médecins, grâce à leur forte mobilisation d’hier, auraient obtenu le "renforcement" du rôle du directoire dans les hôpitaux, soulignent Les Echos (page 4). "Nous allons proposer de rendre le pouvoir au directoire de l’hôpital (où siègent les médecins), afin qu’il ne soit pas uniquement consultatif", précise, dans La Tribune (page 6), Nicolas About, président de la commission des Affaires sociales du Sénat. Le directoire aurait le pouvoir d’élaborer et de délibérer sur le projet médical de l’établissement, alors que dans la version votée à l’Assemblée, il revenait au directeur d’arrêter le projet médical, remarque le quotidien économique. D’autre part, la création d’une taxe pour inciter les médecins à s’installer dans les zones sous dotées pourrait ne pas survivre au passage du projet de loi au Sénat, avance La Tribune.

Enfin, les amendements imposant aux cliniques privées en situation de "monopole local" de pratiquer une partie de leur activité sans dépassements d’honoraires pourraient également être supprimés par les sénateurs, selon Le Figaro.

Génériques : taux de pénétration de 82%
La Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) est satisfaite de la place atteinte par les génériques, rapportent Les Echos (page 4). L’an dernier, 82% des médicaments du répertoire (pour lesquels il existe une copie) délivrés en ville étaient des génériques, indique l’assurance maladie dans une étude publiée hier (La Tribune page 6). L’objectif pour 2009 est de maintenir le taux de pénétration à un niveau au moins égal à celui de 2008. Les fortes disparités territoriales - le taux de pénétration varie de 72 à 91% - laissent entrevoir des marges de progression. Ces dernières années, le taux d’utilisation des génériques a fortement augmenté, passant de 53% en 2004 à 82% en 2008. La Sécurité sociale a économisé 905 millions d’euros l’an dernier grâce aux "copies", soit environ 5% des dépenses de médicaments. Enfin, la Cnam a décidé d’attribuer une prime aux médecins qui accepteront de prescrire une proportion élevée de médicaments pour lesquels un générique existe. Cette mesure concerne les produits les plus prescrits comme les antidépresseurs, les antiulcéreux ou les médicaments anticholestérol.

John Sutton