croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Etats-Unis : première étape pour la réforme de la santé

Le vote a été serré, mais cette réforme d'importance pour Barack Obama a franchi une première étape. Samedi soir, par 220 voix contre 215, la Chambre des représentants des Etats-Unis a adopté un premier texte sur la réforme de la santé. Ainsi, pour la première fois depuis les années 60, une loi est en passe d'étendre "substantiellement" la couverture santé aux 36 millions d'Américains qui en sont dépourvus, explique Libération (page 2).

Si cette réforme est adoptée par le Sénat, 96% des Américains seront désormais couverts contre le risque maladie, contre 85% actuellement. Le nouveau dispositif va essentiellement profiter aux familles "à revenus moyens et modestes, mais aussi aux millions d'Américains qui ont perdu leur travail et l'assurance qui allait avec", souligne Le Figaro (page 8).

Si la loi est votée, les particuliers et les petites entreprises sans couverture médicale pourront notamment acquérir des contrats d'assurance à un prix raisonnable. De surcroît, les compagnies d'assurance n'auront plus le droit d'exclure certains de leurs clients de façon abusive. "Elles n'auront plus le droit, non plus, de faire payer plus cher les cotisations aux clients qui souffrent d'un problème spécifique", ajoute le quotidien. Enfin, cette réforme devrait permettre de baisser les coûts de santé, indique La Croix (page 4).

Attentifs à l'expérience française, la commission Santé du Sénat américain et des représentants de l'administration Obama vont recevoir les 10, 11 et 12 novembre Jean-Pierre Davant et des représentants de la Mutualité Française, indique La Tribune de samedi-dimanche (page 12). Ils présenteront le modèle et les spécificités des organismes à but non lucratif, "l'une des pistes envisagées dans le cadre de la réforme du système de santé", précise le quotidien économique.

Conventionnement hospitalier mutualiste : objectif qualité !
Dans un entretien paru dans La Tribune (page 12) de samedi-dimanche, le président de la Mutualité Française présente les objectifs du nouveau conventionnement hospitalier mutualiste, dont les principes et les modalités ont été adoptés par le Conseil national des mutuelles du 30 octobre. Dans cet entretien, Jean-Pierre Davant indique que le futur dispositif sera axé "sur des critères tarifaires et des critères de qualité. L'objectif est de peser sur tous les dépassements d'honoraires et de maîtriser les tarifs", indique-t-il. Dans les faits, ce conventionnement "s'adossera à notre plate-forme Priorité santé mutualiste qui a pour vocation d'informer et d'orienter les adhérents vers des professionnels et des établissements de qualité pour les pathologies lourdes (...)", précise Jean-Pierre Davant. Comme le fait remarquer le président de la Mutualité Française, "c'est la première fois qu'un conventionnement hospitalier porte sur des critères de qualité".

Un bus itinérant pour accéder aux soins
Connue pour être la région la plus dépourvue de médecins, la Picardie expérimente depuis cet été la médecine "foraine", selon l'expression du Figaro (page 16). Mis en place par la Mutualité de Picardie et la Mutualité Française, un "bus santé" sillonne le département de l'Aisne afin "d'aller au-devant de ceux qui pour une raison ou une autre ont du mal à accéder aux soins", explique le quotidien.

Un infirmier, un élève infirmier et une assistante sociale assurent gratuitement des consultations dans ce véritable cabinet médical itinérant. Pour ce faire, "le véhicule a été minutieusement aménagé, avec, d'un côté, un local secrétariat-infirmerie, de l'autre, un cabinet médical avec table d'examen", détaille Le Figaro.

Consacré actuellement aux soins préventifs, ce nouveau dispositif est appelé à évoluer grâce au recrutement d'un médecin. Instigateur de "ce premier maillon de la chaîne de soins", le Pr Guy Vallancien, chef du département d'urologie à l'Institut mutualiste Montsouris (Paris), n'exclut pas de l'étendre à d'autres régions.

Frédéric Lavignette