Dépenses d’assurance maladie: objectif atteint selon Xavier Bertrand

Même si les chiffres de 2010 sont encore provisoires, pour Xavier Bertrand c'est une chose entendue : "C'est la première fois depuis 1997 que l'objectif des dépenses d'assurance maladie a été tenu."

Dans un entretien qu'il accorde aux Echos (page 4), le ministre de la Santé indique en effet que "la progression des dépenses de santé remboursées aura été d'un peu moins de 3%" au cours de l'année passée. L'objectif voté par le Par­lement est par conséquent "strictement" respecté.

Certes, un dépassement de 400 millions d'euros environ a été constaté sur l'activité des hôpitaux, en particulier dans les établissements publics. Il est la conséquence d'une progression inattendue de leur activité (+ 2,9%). Cependant, explique-t-il, "ce dépassement est intégralement couvert par des gels de crédits non consommés à l'hôpital et dans les maisons de retraite".

Pour l'année 2011, Xavier Bertrand annonce une hausse de 2,8% de l'enveloppe budgétaire allouée aux hôpitaux et cliniques. En revanche, les tarifs que ceux-ci facturent à la Sécurité sociale vont baisser de 0,2% dans le secteur public et de 0,05% dans le privé. Si cette mesure est sans incidence sur les patients, elle mécontente bien entendu les établissements. Le ministre l'assume, car il est convaincu qu'elle lui permettra de tenir à nouveau l'objectif des dépenses, d'autant qu'il projette de mettre 530 millions d'euros en réserve.

L'objectif de Xavier Bertrand est d'augmenter l'enveloppe destinée aux missions d'intérêt général des établissements de santé (Samu, prise en charge des patients en situation de précarité, soins aux détenus...). Elle atteindra 8,3 milliards, contre 7,8 en 2010. "En faisant cela, explique Xavier Bertrand, nous donnons davantage de moyens aux agences régionales de santé, qui pourront allouer cette enveloppe selon les réorganisations locales." Et alors que les tarifs des soins liés au cancer et aux accidents cérébraux vont rester identiques, ceux des services de psychiatrie ainsi que les soins de suite et de réadaptation seront augmentés. En 2011, ajoute encore le ministre, "on incitera aussi encore davantage les établissements à développer la chirurgie ambulatoire".

Face à une certaine course à l'activité, faut-il imposer des quotas aux établissements, interrogent enfin Les Echos. Xavier Bertrand s'y refuse, mais demande aux agences régionales de santé de "se focaliser sur les établissements dont les situations sont atypiques, sur les actes pratiqués mais aussi sur les prescriptions".

Pouvoir d'achat : le vague à l'âme des Français
Selon l'enquête mensuelle de l'Insee publiée hier, le moral des Français est "miné par deux facteurs qui viendraient éroder leur pouvoir d'achat".

Le premier, rapporte Le Figaro (page 20), concerne sans surprise "la morosité du marché du travail". D'après l'étude, les ménages sont plus nombreux qu'en janvier à anticiper une augmentation du chômage. Leur autre inquiétude concerne l'inflation. En effet, remarque l'Insee, les ménages sont bien plus nombreux qu'en janvier à avoir la perception que les prix ont augmenté au cours des derniers mois et qu'ils vont continuer à grimper dans les mois à venir.

Pour l'instant, observe le quotidien, "leur sentiment n'est pas justifié" puisque "la France est largement épargnée par les tensions inflationnistes qui peuvent être observées chez certains de nos voisins". Les prix à la consommation auraient même baissé de 0,2% en janvier.

Une augmentation des matières premières reste néanmoins à craindre ajoute Le Figaro, perspective peu réjouissante pour les ménages, qui "jugent que leur situation financière ne s'est pas améliorée au cours des dernières semaines".
Frédéric Lavignette