croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Dépassement de l’objectif national des dépenses de santé : 600 millions d’économies

Le gouvernement a annoncé vendredi des mesures nouvelles permettant de réaliser 600 millions d'euros d'économies sur les dépenses de santé, indiquent Les Echos (page 5). Cette somme correspond à l'estimation du dépassement de l'Ondam 2010, estimation réalisée par le comité d'alerte sur l'évolution des dépenses d'assurance maladie. "Le dépassement prévisible restant en deçà du seuil de 0,75% du montant de l'objectif (soit 1,2 milliard en 2010), il n'y a pas lieu de mettre en oeuvre la procédure d'alerte", a déclaré ce co­mité vendredi. Il estime que "si les me­sures annoncées sont effectivement mises en oeuvre avec le rendement indiqué, l'Ondam pourrait être strictement respecté", rapporte Le Monde (page 10).

Plus précisément, ces mesures, dé­taillées dans une lettre des ministres du Budget, de la Santé et du Travail, concernent une baisse des prix des médicaments (100 millions d'euros), la baisse du prix de l'anesthésie pour l'opération de la cataracte (10 millions) et le changement de calcul des indemnités journalières (70 millions), résument Les Echos. Après avoir décidé de soumettre les IJ à l'impôt sur le revenu cette année, "le gouvernement s'en prend à nouveau aux indemnités journalières", dénonce L'Humanité (page 5).

Pour le reste, les économies proviennent du gel de provisions destinées à des médicaments ou à des dispositifs médicaux à l'hôpital (135 millions d'euros) et du gel des crédits alloués au départ au Fonds pour la modernisation des établissements de santé (105 millions). Enfin, 180 millions d'euros de crédits concernant les établissements médico-sociaux (création de places en maisons de retraite…) seront gelés "temporairement" et pourront être redistribués, si l'objectif des dépenses est respecté, souligne Le Monde.

Par ailleurs, François Baroin, ministre du Budget, a installé la semaine dernière le groupe de travail parlementaire qui doit faire des propositions sur la dette sociale d'ici un mois, rappellent Les Echos (page 5). Ses membres ont reçu des fiches techniques qui passent en revue les différents scénarios. La reprise de la dette sociale par l'Etat semble écartée. "Il faudra donc à nouveau faire appel à la Caisse d'amortissement de la dette sociale (Cades), qui s'est déjà vu transférer 135 milliards d'euros de dettes depuis 1996, dont 43 milliards ont été amortis", notent Les Echos. Le transfert à la Cades des déficits 2009-2011 de la Sécurité sociale impliquerait un allongement de onze ans de la durée d'amortissement, estime ce quotidien, ou l'augmentation de 0,74 point du taux de la CRDS.

Les médecins pas très Net
64% des Français cherchent des informations sur la santé sur le Web, mais seulement 1% des généralistes et des spécialistes possèdent leur propre site, souligne Le Journal du dimanche (page 13). Le 19 mai, la ministre de la Santé lançait une mission exploratoire en vue de créer "un service public de conseil médical et d'orientation" sur Internet. Deux jours plus tard, le Conseil national de l'Ordre des médecins, qui encourage les médecins à créer des sites informatifs de qualité, mettait en ligne une charte des bonnes pratiques à l'attention de la profession. "Le site d'un médecin ne doit pas être de nature publicitaire", prévient l'Ordre.

La charte fait d'autres recommandations : sobriété, affichage des honoraires, interdiction d'évoquer des cas individuels, contact avec le patient limité à la prise de rendez-vous... Après l'information, viendra le conseil en ligne, prévoit Le Journal du dimanche. Etienne Caniard, président de la Commission qualité et diffusion de l'information médicale de la Haute Autorité de santé (HAS), y est favorable. "Il serait stupide de ne pas utiliser tous les outils qu'offre Internet", déclare-t-il au JDD.
John Sutton