croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Cnam : nouveau plan d’économies pour 2009

Le directeur général de la Cnam présente aujourd’hui devant le conseil une nouvelle version de son plan d’économies pour 2009. Il s’élève à 3 milliards d’euros : 2 milliards d’économies et 1 milliard de recettes nouvelles. La semaine dernière, face aux protestations de la Mutualité française, des syndicats comme des associations de malades, Frédéric van Roekeghem avait finalement renoncé à son projet de réduire le remboursement des médicaments traitant les effets secondaires des affections de longue durée (ALD).

Le Nouvel Observateur (page 70) revient sur ce "pataquès". "Coup de bluff ? Coup d’essai ? En tout cas, sûrement pas un coup de maître", ironise la journaliste Martine Gilson. L’hebdomadaire rappelle la réaction immédiate du président de la Mutualité française. "Pourquoi ajouter des problèmes à des malades qui en ont déjà tant !", avait réagi Jean-Pierre Davant. Avant de poursuivre : "En plus, ce sont des mesures de rapiéçage. Si cette décision est prise, nous serons obligés d’augmenter les cotisations. Les mutuelles redistribuent quasi totalement les recettes qu’elles perçoivent", explique-t-il dans Le Nouvel Observateur.

La mesure sur les ALD étant abandonnée, l’assurance maladie mise désormais sur une "compensation du déficit de financement sur la CMU complémentaire" pour dégager des économies, indique La Tribune (page 25). Dans son plan, le directeur de la Cnam préconise que les caisses primaires puissent "prendre en charge automatiquement les assurés qui peuvent bénéficier de la CMU complémentaire et qui tardent à choisir leur mutuelle", explique le quotidien économique. Il propose également la mise en concurrence des médicaments génériques pour faire baisser leurs prix et la poursuite de la politique de déremboursement en fonction du service médicale rendu (SMR). Pour réduire les disparités de traitement entre départements, il préconise un référentiel, par exemple sur le nombre de séances de kiné nécessaires suite à une opération. Au-delà, les séances supplémentaires ne seraient plus remboursées.

L’assurance maladie souhaite également réaliser des économies sur les transports sanitaires et les indemnités journalières. En outre, Frédéric van Roekeghem voudrait inciter les médecins généralistes à accroître "l’efficience de la prescription médicale", via des contrats individuels passés avec l’assurance maladie. Une mesure qui suscite l’hostilité des deux principaux syndicats de médecins libéraux : MG-France et la CSMF.

Hôpital : les maires favorables aux regroupements
Les maires approuvent à une très large majorité (84%) la mesure phare de la réforme de l’hôpital. Elle consiste à regrouper les établissements dans des "communautés hospitalières de territoire". C’est ce que montre un sondage Ifop-Caisse d’épargne, présenté aujourd’hui lors de la conférence des Echos sur l’économie de l’hôpital. En outre, 78% des édiles soutiennent "la reconversion de certains hôpitaux en centres de soins de proximité", notent Les Echos (page 2).

Malgré ces jugements positifs, une courte majorité de maires (50%) reste tout de même hostile à la réforme. Ainsi, 70% d’entre eux estiment que "l’hôpital de proximité doit être sauvegardé, même s’il est peu fréquenté". Pour la moitié des personnes interrogées, "la disparition de certaines spécialités (chirurgie, maternité) dans les hôpitaux de proximité" arrive en tête des difficultés à résoudre pour améliorer l’accès aux soins de la population. Conclusion du quotidien économique : les maires sont prêts à des regroupements pragmatiques, mais pas à n’importe quel prix.

John Sutton