croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Après les retraites complémentaires, le régime général

Même si le gouvernement s’en défend, les efforts demandés aux actifs comme aux retraités pour renflouer les retraites complémentaires constituent un avant-gout de la réforme du régime général. "Tour de vis sur le pouvoir d’achat des retraités", titrent Les Echos en "une" tandis que L’Humanité (page 7) estime "les retraités floués".

Pour sa part, le Premier ministre a salué "l’esprit de responsabilité des partenaires sociaux". Ces derniers ont arrêté des mesures difficiles pour "engager le retour à l’équilibre de régimes assurant une part importante des pensions des retraités ayant exercé une activité dans le secteur privé", rapporte Le Figaro-économie (page 20), après la signature, mercredi soir, du protocole d’accord sur le financement de l’Agirc et de l’Arcco. "Les patrons et les organisations syndicales viennent de sauver le système des retraites complémentaires", a renchéri le ministre du Travail, Michel Sapin.

Faudra-t-il désindexer les retraites de base et les pensions des fonctionnaires pour contenir les dépenses ? Si le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, a officiellement évoqué cette piste, Michel Sapin s’est clairement prononcé contre, relèvent Les Echos (page 2). Le ministre du Travail réfute tout "parallélisme" entre ces négociations et la future réforme du régime général, que le gouvernement engagera cette année. "Je ne vois pas comment on pourrait diminuer le pouvoir d’achat de retraites qui vont de 700 à 1.400 euros, ce ne sont pas de grosses retraites", a déclaré hier le ministre du Budget sur I-Télé.

En vue d’une réforme des retraites de base, la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, a remis hier à Yannick Moreau, présidente de la Commission pour l’avenir des retraites, le cahier des charges qui permettra d’élaborer des pistes d’évolution d’ici juin. Trois leviers classiques sont évoqués : repousser l’âge légal de départ, augmenter les cotisations ou agir sur le montant des pensions.

"Trois ans après Nicolas Sarkozy, François Hollande se trouve confronté au casse-tête du financement de l’assurance-vieillesse", constate Le Parisien/Aujourd’hui (pages 1 à 3), qui évoque d’autres scénarios difficiles à mettre en place. Le premier : aligner le régime de la Fonction publique et les régimes spéciaux sur celui du privé. "Personne n’a osé le faire. Pas même Nicolas Sarkozy", commente le quotidien. Selon l’Insee, le choc serait très rude pour les fonctionnaires qui subiraient une baisse de 10 à 20 % de leur pension. Une autre solution, prônée par la CFDT, s’inspire du modèle suédois. Ce système, basé sur la répartition, accorde à chaque salarié un "compte individuel retraite", actualisé chaque année. L’Etat régule le système en se réservant le droit de minorer les droits à pension en fonction de l’équilibre financier du régime. Chacun peut choisir son âge de départ à la retraite, à condition d’avoir cotisé quarante ans au minimum. Outre l’incertitude liée à la situation économique, la pénibilité n’est pas prise en comptes dans l’âge de départ.

Sida : des patients en voie de guérison
Une petite fille américaine et, en France, quatorze adultes, mis très précocement sous rétroviraux, sont parvenus à contrôler l’infection du sida malgré l’arrêt des médicaments depuis plus de sept ans. "Ces résultats peuvent avoir d’importantes implications dans le domaine de la recherche", estime Martine Perez, journaliste médicale au Figaro (page 14).

Il y a une dizaine d’années, les Drs Laurent Haucqueloux et Thierry Prazuck, à l’hôpital d’Orléans-La Source (Loiret) ont prescrit des rétroviraux immédiatement après la contamination et ont découvert que ces patients pouvaient arrêter les traitements au bout de trois ans en moyenne, sans que cela provoque une réactivation de l’infection. "Le traitement précoce a probablement limité l’extension des réservoirs viraux, et préservé les réponses immunitaires. Cette combinaison a certainement pu favoriser le contrôle de l’infection", explique, dans Le Figaro, le Dr Christine Rouzioux, de l’hôpital Necker, à Paris.

John Sutton