croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

5 milliards d’euros pour moderniser l’hôpital

Dans le cadre du plan Hôpital 2012, une enveloppe de 5 milliards d’euros doit être répartie entre les établissements au titre des aides à la modernisation. L’Express (pages 106 à 108) dévoile la liste des 81 premiers projets retenus. Ils vont de la rénovation de services vétustes jusqu’à la construction de nouveaux bâtiments, en passant par l’informatisation des dossiers des patients ou le désamiantage des locaux.

"Aucune région ne sera oubliée", assure la ministre de la Santé dans un entretien à cet hebdomadaire (page 108). "En fait, cette première liste n’engage que 17% du budget total du plan Hôpital 2012. Il nous reste 500 dossiers à étudier d’ici à décembre 2008. Et, par la suite, les établissements pourront encore soumettre de nouvelles opérations, avec décision rendue au début de 2010", précise-t-elle. De petits hôpitaux vont-ils fermer ? "Non, ces structures ne sont pas menacées. Nous allons les accompagner dans leurs transformations (...). Elles vont notamment permettre de répondre à un enjeu majeur : le vieillissement de la population", répond Roselyne Bachelot.

D’ici à 2012, dans de nombreuses petites villes, des services consacrés aux "soins de suite" devraient être créés. Des lits réservés aux personnes âgées devraient aussi être plus nombreux. Les derniers services d’urgences inadaptés seront mis à niveau, comme celui du centre hospitalier intercommunal de Cornouaille, partagé entre Quimper et Concarneau (Finistère), ou celui de la polyclinique Inkermann de Niort (Deux-Sèvres). Tout projet doit "s’accompagner d’un effort de maîtrise des coûts et s’articuler avec la montée en charge des réformes en cours", c’est-à-dire "la recomposition hospitalière au sein d’un même territoire", explique L’Express.

Que pensent les Français de leurs hôpitaux ? La renommée de l’établissement, la proximité et sa recommandation par son médecin sont les trois principaux critères retenus par les patients, selon un sondage publié dans Les Echos (page 13). Etrange paradoxe : si nos concitoyens sont prêts à se mobiliser pour le maintien de leur hôpital de proximité, en revanche, ils ne sont que 19% à leur faire confiance lorsqu’ils tombent malades. En cancérologie, 65% d’entre eux pensent qu’ils seront mieux pris en charge dans un CHU. En outre, 22% des personnes interrogées considèrent que la qualité s’est améliorée dans les grands hôpitaux, 38% qu’elle est restée stable et 29% estime qu’elle s’est dégradée.

Prime aux médecins "vertueux"
Les médecins pourront toucher une prime annuelle pouvant aller jusqu’à 5.000 euros s’ils remplissent un certain nombre d’objectifs de prescription et de prévention dans le cadre d’un contrat individuel passé avec l’assurance maladie, révèle La Tribune (page 23). Le projet de contrat proposé par la Cnam, d’une durée de trois ans, fixe dix-huit objectifs à respecter, dont sept concernent l’efficience de la prescription, censée être "optimale et au meilleur coût", précise le quotidien économique.

Ainsi, pour les antibiotiques, ils devront prescrire 90% de médicaments disposant d’un générique. Cette obligation vaudra également pour les statines, les antidépresseurs ou les antihypertenseurs. Les contrats comporteront également quatre objectifs de prévention (vaccination contre la grippe, dépistage du cancer du sein...). Enfin, sept autres objectifs concerneront l’amélioration de la pratique du suivi des patients atteints de diabète, d’hypertension ou d’asthme.

John Sutton