26 milliards pour relancer l’économie

Le plan de relance détaillé hier par Nicolas Sarkozy en vue de soutenir l'économie en crise occupe la "une" de tous les journaux. Il faut dire, estime La Tribune (pages 2 à 5), que ce plan fait figure de "relance choc".

En effet, en consacrant 26 milliards d'euros aux grands travaux et à l'investissement pour relancer l'économie, "le président de la République semble s'inspirer directement du New Deal, la politique interventionniste lancé en 1933 outre-Atlantique pour relancer un pays meurtri par la grande dépression".

Les principales mesures visent les secteurs du logement, de l'automobile et de la construction, relève Le Parisien/Aujourd'hui (pages 10 et 11). Ainsi, d'ici à deux ans, 100 000 logements sociaux seront construits pour réactiver les entreprises de construction. Dans le même but, un doublement du prêt à taux zéro sera engagé pour faciliter l'achat d'un logement neuf en 2009.

Une relance des investissements publics sera également organisée. Pour cela l'Etat va consacrer 4,5 milliards d'euros au financement de certaines infrastructures (EDF, la SNCF, La Poste...). Enfin, pour redynamiser l'industrie automobile, Nicolas Sarkozy a annoncé une augmentation de la prime à la casse.

Dans la série de mesures présentées hier, "le social reste en plan", considère Libération pages 1 à 5). Si ce n'est le versement d'une "prime de solidarité" de 200 euros fin mars 2009 aux bénéficiaires potentiels du RSA, il n'y a pas d'autre mesure "à vocation sociale". L'essentiel des annonces concerne les entreprises, souligne le quotidien.

Celles qui emploient moins de dix salariés pourront notamment être exonérées des charges patronales pour toute nouvelle embauche effectuée en 2009, annonce La Croix (page 15). Par ailleurs, l'Etat a prévu de reverser dès le début de l'an prochain l'argent que le fisc leur doit. Ce sera notamment le cas pour le crédit impôt recherche, l'impôt sur les sociétés ou la TVA, ajoute Le Parisien/Aujourd'hui.

Interrogée dans Le Figaro (page 19), la ministre de l'Economie et de l'Emploi, Christine Lagarde, prévoit que "ce plan générera entre 80.000 et 110.000 emplois en 2009".

De son côté, La Croix avertit que ce programme "très ambitieux" qui doit contribuer à la croissance à hauteur de 0,6 point, "creusera un peu plus le déficit de la France, proche des 4% en 2009".

Les mutuelles et la crise
Le président de la Mutualité française était l'invité hier de l'émission "Le club de l'économie" sur LCI. En réponse au journaliste Jean-Marc Sylvestre qui lui demandait si les mutuelles sont touchées par la crise financière, Jean-Pierre Davant a indiqué : "Quand on parle des réserves des mutuelles, il faut savoir qu'elles ne disposent que de cinq mois de prestations, ce qui limite les placements à risque. Nous devons gérer en bon père de famille", a t-il expliqué. Comme il l'a souligné, c'est surtout la "Sécu" qui est d'ores et déjà impactée par la crise économique qui fait suite à la crise financière, puisque le niveau de ses recettes pour 2009 a été revu à la baisse.

La crise va-t-elle freiner ou accélérer la réforme du système de santé ? a interrogé Jean-Marc Sylvestre. "Déjà, en temps normal, on ne peut que constater la difficulté à réformer. En période de crise, on peut craindre que la situation perdure", estime Jean-Pierre Davant.

La FMP sous administration provisoire
La Fédération mutualiste interdépartementale de la région parisienne (FMP) a été placée mercredi sous administration provisoire par l'Autorité de contrôle des assurances et des mutuelles (Acam), annonce La Tribune (page 23). Pour l'Acam, "cette mesure d'urgence est justifiée par la préservation des intérêts des adhérents, des participants et des ayant droit", rapporte Le Monde (page 14). Le bureau de la FNMF s'est réuni hier soir pour "étudier la possibilité d'une solution collective", signale La Tribune (lire également page 3). La mutuelle Intégrance a également été placée sous administration provisoire "pour un problème de gestion et d'organisation", indique le quotidien économique.

Frédéric Lavignette

Jean-Michel Molins