croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

COVID-19 : les enjeux de la réadaptation

Au-delà de la phase aigüe gérée au sein de l’hôpital, la prise en charge des patients s’est poursuivie, pour nombre d’entre eux, par un séjour dans un établissement de soins de suite et de réadaptation (SSR). Une étape indispensable avant d’envisager un retour à domicile dans les meilleures conditions. Le point sur la mobilisation des établissements mutualistes lors de cette étape de transition.

Les premiers symptômes, la maladie, le séjour à l’hôpital… Pour nombre de patients, la fin de la période d’hospitalisation n’a pas été synonyme de retour immédiat à domicile. En raison de la grande fatigue et de l’état de faiblesse générée par la maladie, le parcours médical est passé par une phase de réadaptation indispensable à l’amélioration de leur état de santé. Dans ce contexte, les établissements de soins de suite et de réadaptation (SSR) mutualistes ont pris le relais de l’hôpital.

Focus sur l’établissement de soins de suite et de réadaptation de la Menaudière (Loir-et-Cher)

Durant la crise sanitaire, cet établissement de SSR géré par la MGEN s’est réorganisé pour accueillir des patients Covid à l’issue de leur hospitalisation. « Nous avons aménagé un secteur Covid d’une capacité de 12 places au sein de notre structure. Cela nous a permis d’assurer la prise en charge de 19 patients en provenance des hôpitaux de Tours et de Blois pendant cette période », explique le docteur Isabelle Bouchez-Ripouteau, présidente de la commission médicale d’établissement. L’état de santé des patients a nécessité une attention particulière de la part des médecins et de l’équipe soignante avec d’un côté, des patients âgés en perte d’autonomie et de l’autre des personnes plus jeunes présentant des pathologies neuromusculaire et locomotrices importantes et confrontées à un état de grande fatigue. « L’enjeu était de les aider à retrouver leur autonomie avant d’envisager un retour à domicile ». Pour cela, l’équipe médicale a procédé par étapes, en fonction de chaque patient et des progrès réalisés.

Adapter la réadaptation

La mobilisation durant la crise sanitaire a modifié l’organisation du service. « Cette situation nous a obligé à réinterroger nos pratiques et à les adapter pour répondre au mieux aux exigences de protection et aux besoins de nos patients », souligne Isabelle Bouchez-Ripouteau. Pour les patients en situation d’obésité habituellement suivis sur place, la prise en charge au sein l’établissement a été interrompue pendant le confinement, notamment en raison du sur risque d’infection à Covid 19 pour cette population.

Aussi, l’établissement a-t-il mis place un suivi à distance par visio consultation. Cette solution était également proposée à certains patients qui devaient poursuivre leur rééducation fonctionnelle, l’activité d’hôpital de jour n’ayant pas repris. Heureusement, l’établissement avait déjà une première expérience dans ce domaine. Cette forme particulière de consultation à distance venait d’être mise en œuvre pour l’accompagnement de patients diabétiques, selon un protocole formalisé dans le cadre d’un programme de réadaptation alimentaire, d’une part et pour le suivi de certains patients accueillis en hôpital de jour, d’autre part. « Dans un premier temps, chaque patient se rend au centre pour rencontrer médecins et professionnels de santé afin de définir un programme personnalisé à suivre à la maison ». Ainsi, l’accompagnement à distance permet un suivi en condition réelle dans leur environnement quotidien. Avec comme objectif, une meilleure implication du patient dans sa santé.

Des mutuelles engagées sur tout le territoire : des exemples à retrouver en vidéo

A Saint-Omer, l’hospitalisation à domicile prend le relais

Avec plus de 80 patients suivis, dont une quinzaine atteints par le Covid-19, le service de HAD s’est rapidement organisé pour éviter la propagation de l’épidémie au domicile des patients et sécuriser les interventions du personnel soignant. Une mission menée en coordination avec les services d’urgence des hôpitaux pour assurer un suivi renforcé des patients infectés ou à risque.