croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

COVID-19 : des centres de santé mutualistes en première ligne pour gérer la crise

Pour faire face à la crise sanitaire, les Agences Régionales de Santé (ARS) ont organisé la prise en charge des patients COVID-19 en ambulatoire.
Les centres de santé mutualistes ont répondu présent aux sollicitations des ARS pour dépister, soigner et suivre les malades qui ne nécessitaient pas d’hospitalisation.

Bilan de cette opération avec un « centre ambulatoire dédié COVID ».

Dans le contexte de pandémie du Coronavirus, les centres de santé mutualistes ont démontré qu’ils avaient un rôle déterminant à jouer. Leur offre de soins pluridisciplinaire et leur plateau technique, la souplesse de leur organisation et leur capacité à travailler en collaboration avec les médecins libéraux, les Communautés Professionnelles Territoriales de santé (CPTS), les hôpitaux et le SAMU en font un acteur de ville incontournable dans la gestion de ce type de crise sanitaire.

Focus sur le centre de santé du Square de la Mutualité à Paris

Dès le 16 mars 2020, le Centre de Santé du Square de la Mutualité (groupe MATMUT), est devenu « centre ambulatoire dédié COVID », autorisé par l’Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France et référencé auprès de tous les acteurs concernés par la crise sanitaire, comme le SAMU et les plateformes de régulation mises en place au niveau départemental.

L’offre de soins du centre ambulatoire COVID

Pendant le confinement, il était proposé :

  • un premier contact avec un médecin généraliste, par téléconsultation, pour évaluer l’état du patient ;
  • une consultation au centre de santé, si l’évolution du patient le nécessitait ;
  • un test de dépistage pour ceux qui présentaient des facteurs de risque d’aggravation de la maladie ;
  • Sur décision médicale : un avis pneumologique et un scanner thoracique ;
  • Un suivi par téléconsultation avec, par sécurité, l’inscription du patient sur la plateforme de suivi COVIDOM ;
  • Le relais avec le SAMU, qui décidait le cas échéant de l’hospitalisation.

Certains patients ont été aiguillés par le SAMU vers l’Institut Mutualiste Montsouris (IMM), partenaire privilégié du centre de santé. Au plus fort de la crise sanitaire, 80 lits d’hospitalisation et 48 lits de réanimation ont été affectés aux soins COVID à l’IMM.

Présentation de Covidom

Elaborée en collaboration avec l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), Covidom est une application e-santé. Elle permet aux patients porteurs ou suspectés du Covid-19, sans signes de gravité, de bénéficier d’un télésuivi à domicile via des questionnaires médicaux à remplir une ou plusieurs fois par jour.

Un suivi post-COVID assuré

Au 25 mai, la procédure « Coronavirus » est toujours en vigueur au centre de santé du Square de la Mutualité, avec quelques adaptations : les patients suspects sont désormais systématiquement testés et le repérage des cas contacts est initié par les médecins du centre.

Par ailleurs, un suivi « post-COVID » est organisé pour les patients sévèrement touchés par le Coronavirus. Un scanner thoracique et un bilan pneumologique sont proposés. Cela permet de mesurer les séquelles éventuelles et d’adapter le suivi médical à moyen terme.

Une réponse ambulatoire graduelle et complète

« Nous avons organisé une réponse ambulatoire graduelle et complète pour prendre en charge les patients COVID à toutes les phases de l’épidémie » résume Anne-Lise Montaville, Directrice du Centre de santé du Square de la Mutualité qui dresse le bilan : « Grâce à ce dispositif, nous avons servi de vigie au SAMU et aux hôpitaux, en maintenant les patients chez eux de façon sécurisée. Notre plateau technique permet aux médecins d’évaluer au mieux l’état du patient et de repérer les signes de gravité, pour que l’aiguillage vers l’hôpital, via le SAMU, soit le plus limité et le plus pertinent possible.

Nous avons aussi participé au désengorgement des urgences des hôpitaux en maintenant une activité médicale non COVID et en prenant le relais du suivi de patients atteints de maladies chroniques ou de cancers, en lien avec l'Institut Curie notamment ».

Un travail en coordination avec les CPTS et les médecins libéraux

Toujours à la demande de l’ARS, le centre de santé du Square de la Mutualité a communiqué, sur sa prise en charge COVID, auprès des Communautés Professionnelles Territoriales de Santé principalement animées par des médecins libéraux.

Le Centre de Santé parisien a également fait connaître son dispositif à sa mairie d’arrondissement pour informer le grand public, les professionnels de santé du secteur, SOS Médecins et les Urgences Médicales de Paris.

La CPTS du 5ème arrondissement avait créé un centre COVID au sein de la mairie : une coordination s’est mise en place, pour permettre aux patients d’avoir un accès direct à des avis pneumologiques et des scanners thoraciques.

« Nous travaillons déjà avec certains médecins libéraux mais cela nous a permis de faire connaître plus largement notre centre et notre offre de santé. Nous avons noué de nouveaux liens et démontré que nous sommes complémentaires, grâce à la diversité des spécialités médicales du centre et au plateau technique (scanner notamment) dont nous disposons » explique Anne-Lise Montaville qui évoque ses souhaits : « Après cette expérience, j’espère qu’un décloisonnement s’opérera avec la médecine libérale et que les centres de santé mutualistes seront davantage impliqués dans la gestion et l’animation des CPTS, pour mettre en place des parcours de soins efficaces, dans l’intérêt des patients ».

Définition des Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS)

Créées par la Loi de modernisation du système de santé du 26 janvier 2016, les CPTS ont pour objectif d’assurer une meilleure coordination des actions des professionnels de santé et de structurer des parcours de soins à l’échelle d’un territoire. La réforme Ma santé 2022 place les CPTS au cœur de l’organisation territoriale des soins. Un maillage complet, avec la création de 1.000 CPTS, est attendu en 2022.
Lala Moulay