croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Salle de presse

Constance Baudry

T : 01 40 43 30 21
P : 06 85 29 82 22

constance.baudry@mutualite.fr

La Mutualité Française publie les actes du colloque « L’automédication : recul ou progrès ? »

La Mutualité Française vient de publier les actes du colloque "L’automédication : recul ou progrès ?" qu ‘elle a organisé le 21 mars dernier au palais de la Mutualité à Paris.

Celui-ci avait réuni, à l’initiative de Jean-Pierre Davant, Président de la Mutualité Française, et ainsi permis de confronter le point de vue de nombreux acteurs qui interviennent dans ce domaine : Frédéric Badey, Attaché à l’ambassade de France à Washington, Gilles Bonnefond, Secrétaire général de l’Union des Syndicats des Pharmaciens d’Officine, Michel Chassang, Président de la CSMF, Vincent Cotard, Trésorier de l’Association Française de l’Industrie Pharmaceutique pour une Automédication Responsable, Alain Coulomb, coauteur du rapport sur l’automédication, Claude Le Pen, Economiste de la Santé, Bernard Lemoine, Vice-Président Délégué des Entreprises du Médicament, Martial Olivier Koehret, Président de MG France, Jean Parrot, Président de l’Ordre National des Pharmaciens et Christian Saout, Vice-président du Collectif Inter associatif Sur la Santé.

Les actes reprennent les deux temps forts du colloque : l’état des lieux de l’automédication en France et les points de vue des nombreux acteurs réunis.

L’état des lieux dressé comprend :
- Le sondage CSA/CECOP sur l’automédication, réalisé à l’initiative de la Mutualité Française, qui révèle deux enseignements majeurs : 47% des Français portent un jugement positif sur l’automédication et une personne sur quatre est prête à acheter des médicaments ailleurs qu’en pharmacie.

- La présentation par Alain Coulomb de son rapport qui préconise le développement de l’automédication dans un cadre accompagné.

Cet état des lieux de l’automédication en France est enrichi par un regard sur les Etats-Unis où l’automédication est particulièrement répandue, 94% des américains y ayant eu recours en 2006.

Le deuxième "temps fort" des actes relate les points de vue des différents acteurs qui ont participé au colloque :

- les médecins
- les pharmaciens
- l’industrie pharmaceutique
- les usagers
- la Mutualité Française

Les actes du colloque retracent ainsi les grandes préoccupations liées au développement de l’automédication qui ont été évoquées par les différents acteurs du systèmes de santé lors de cette journée du 21 mars 2007 : la définition de l’automédication, la clarification de l’offre et la garantie de sa qualité par l’identification de produits adéquats, l’amélioration de l’information du patient et notamment de la lisibilité des notices, l’éducation du consommateur à une gestion autonome de sa santé, la définition du rôle du pharmacien, la nécessité d’assurer une meilleure gestion des prix par un engagement des différents acteurs impliqués.

La Mutualité souhaite que ces actes soient une nouvelle occasion de nourrir la réflexion sur le développement de la politique d’automédication, réflexion indispensable aujourd’hui et qui doit s’intégrer dans la problématique plus générale relative à la réforme structurelle de notre système de santé.

Les actes du colloque "L’automédication : recul ou progrès ?" vous seront adressés par courrier.

A propos de la Mutualité Française
Présidée par Jean-Pierre Davant, la Mutualité Française fédère la quasi totalité des mutuelles santé en France. 6 Français sur 10 sont protégés par une mutuelle de la Mutualité Française, soit près de 38 millions de personnes et quelque 18 millions d’adhérents.

Organismes à but non lucratif, ne pratiquant pas la sélection des risques et régis par le code de la Mutualité, les mutuelles interviennent comme premier financeur des dépenses de santé après la Sécurité sociale.

Les mutuelles disposent également d’un réel savoir-faire médical et exercent une action de régulation des dépenses de santé et d’innovation sociale à travers leurs 2.000 services de soins et d’accompagnement mutualistes : hôpitaux, cliniques, centres de santé médicaux, centres dentaires et d’optique, établissements pour la petite enfance, services aux personnes âgées et aux personnes en situation de handicap, etc.

La Mutualité Française contribue aussi à la prévention et à la promotion de la santé à travers son réseau d’unions régionales, d’unions départementales et ses services de soins et d’accompagnement.